Légende des notations

801 TTS Airbats

Dans ce monde terriblement macho qu'est l'armée de l'air, une étincelle de rose peut nous sauver : l'escadrille d'acrobaties aériennes 801, dont tous les pilotes sont des femmes. Et pas n'importe lesquelles : toutes celles qui ont eu les pires ennuis avec leur hiérarchie auparavant. Les personnages sont très hauts en couleurs et n'ont qu'un objectif : vous faire rire, si possible par leur ridicule. En particulier, nombreux seront ceux qui reconnaîtront un proche (ou au moins un professeur de physique) dans le capitaine si musclé et psychopathe, qu'on sent près à affronter un marathon de 200 km au pôle nord vêtu d'un simple marcel.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : *
    Bourrin : * Fumé : *
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : les fans d'un certain professeur de physique qu'ils sauront reconnaître.

Baccano !

baccano1.jpg baccano2.jpg

L’intrigue de Baccano, qui mélange en fait plusieurs histoires se recouvrant à différentes dates, est particulièrement complexe à suivre, aussi voilà une série que je conseille de regarder d’une seule traite à moins de se perdre. Les personnages sont nombreux mais très attachants, surtout le couple d’incroyables voleurs qui tire en avant une histoire avec laquelle il n’a pas grand-chose à voir. Un univers très violent avec des personnages complètement bourrins, mais traité de manière légère et dans une ambiance jazzy.

Univers : Amérique du début des années 30.

  • Glauque : * Mignon : 
    Bourrin : *** Fumé : ***
    Crade : **** Pervers : 
    Sombre : **** Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : **

Recommandé pour : égayer un exposé sur la guerre des gangs.

Battle programmer Shirase

Lorsque vos serveurs sont piratés, lorsque vos bases de données sont perdues, lorsque vous n'avez plus aucune chance, il reste un espoir : BPS, alias Battle programmer Shirase. Un hacker. Un vrai. Un qui ne se rase pas, qui ne se nourrit que de bière et de pizza, et encore, quand il a la force de sortir de chez lui. Son talent n'a d'égal que sa perversion. Gare à celui qui touche à la (trop) jeune fille dont il s'éprend, il risque de se prendre la station Mir sur la tête. Pour l'embaucher, il faudra fermer les yeux sur ses tendances à la perversion et aux quiprocos, mais les résultats sont au rendez-vous. Son arme : un téléphone portable suffira, il suffit de quelque chose qui soit branché quelque part, et il pourra bien rerouter le courant électrique à l'autre bout du Japon. Pour le paiement, c'est plus délicat, n'allez pas imaginer qu'il puisse être intéressé par de l'argent.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : *** Parano : *

Recommandé pour : les petits jeunes qui se prennent pour des nerds.

Boku no imoto wa Osaka okan

osaka.jpg okan.jpg

La notion d’accents et de dialectes dans une langue étrangère a toujours quelque chose de fascinant. Et c’est peut-être pour ça que je me suis mis à suivre cette série courte et ultra-cheap, dont l’animation vole très bas. On y apprend, tout simplement, les expressions, mais également les modes et comportements spécifiques au Kansai (la région d’Osaka). Avec beaucoup d’humour, d’autodérision, et une petite comptine en fin d’épisode.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin :  Fumé : **
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : *** Parano : 

Recommandé pour : se moquer.

Bokusatsu tenshi Dokuro-chan

dokuro.jpg chan.jpg

  Un ange venu du futur qui s'incruste dans la vie du héros, ça fait réchauffé n'est-ce pas ? Sauf quand celle-ci est armée de la fameuse batte à clous Excalibolg, celle dont le seul usage est de pulvériser la tête du héros avant de le ressusciter quelques instants plus tard. Besoin de changer quelqu'un en singe ? Pas de problème, personne ne s'en rend compte. Tout ça pour éviter l'invention de l'éternelle jeunesse, qui maintient toutes les femmes à l'âge de 12 ans : le rêve du pédophile. Dokuro-chan : fuyez-la, vite, mais surtout, surtout, ne lui enlevez jamais son auréole !

Univers : lycée.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade : *** Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain : ** Parano : *

  Recommandé pour : les anges avec des problèmes intestinaux.

Detatoko princesse

deta.jpg toko.jpg

  Oyez oyez braves gens, voici les aventures de la princesse Lapis du royaume de Sorcerland. Son pouvoir royal, « magical eraser », vient à bout de n'importe quelle magie. Perdue à l'autre bout du continent, la princesse va entreprendre avec ses amis un long et périlleux voyage pour rentrer chez elle. Mais attention, la terrifiante sorcière du nord Topaze la poursuit... pour l'ajouter à sa collection mondialement connues de jolies filles. J'oubliais également de préciser que Lapis est spécialiste en destruction de jardins suspendus et que sa consommation de puddings rendrait pâle de jalousie un spécialiste de tractor-pulling s'il s'agissait de pétrole. Ses compagnons de voyage sont aussi socialement adaptés que les personnages de Slayers, sans le bourrinisme. Ne manquez pour rien au monde ces trois OAV totalement déjantés, et comme moi vous pourrez regretter l'absence de suite.

Univers : heroic-fantasy.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin : *** Fumé : *
    Crade : * Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain : * Parano : 

  Recommandé pour : les adeptes du body-building mathématique.

Detroit Metal City

dmc1.jpg dmc2.jpg

  Negishi aime la musique trendy, mièvre et romantique, de préférence de la soupe inécoutable jouée par des bobos en blazer. Il aimerait chanter dans des bars tendance l’histoire de sa petite amie qui fait des tartes au fromage. Tout ça serait possible grâce à son grand talent musical, mais voilà : son réel talent, c’est le death metal. Ses amis sont donc des métalleux costumés et effrayants, ses groupies sont SM et tatouées, et la légende veut qu’il soit un démon venu sur terre pour violer toutes les filles. Tous les genres musicaux et humains sont caricaturés à l’extrême dans cet animé choquant et hilarant.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade : * Pervers : *
    Sombre : * Délirant : *****
    Malsain : ** Parano : *

   Recommandé pour : les amateurs de musique trendy, qu’ils voient comment ils vont disparaître.

À noter l’existence d’un film sur le même sujet. L’ambiance y est parfaitement reconduite, cela fait un bon complément au visionnage.

Elle et son chat

La relation entre une jeune femme et son chat, vue du point de vue du chat. Un petit délire sans prétention pour un court métrage sympa à l’ambiance originale.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les chats, évidemment.

La fille de 20 visages

20.jpg visages.jpg

Il n’y a pas, j’aime bien les histoires de kaitô (de voleurs masqués, quoi). Surtout quand il est question de masques en latex, de vols rocambolesques et de policiers ridicules. Celui-ci se place dans une ambiance assez enlevée, quelque part entre Jules Verne et un vieux James Bond. Le personnage principal est à la poursuite de son idole 20 visages, une sorte de Robin des bois de l’après-guerre, et elle se retrouve embringuée dans une série de complots improbables, sans pour autant sombrer dans la caricature.

Univers : uchronie des sixties.

  • Glauque : *** Mignon : 
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade : * Pervers : 
    Sombre : ** Délirant : 
    Malsain : ** Parano : ***

Recommandé pour : les complotistes.

La gargouille des Yoshinaga

L’univers de cette gargouille, qui est basé sur une rue commerçante, des combattants sortis de nulle part, du bourrinisme à outrance et une absence totale de scénario, semble régi par les mêmes règles que celui de Noodle fighter. Toutefois, si le comique lourdingue porte parfois ses fruits, l’histoire de cette gargouille stupide et bourrine gagnée à la loterie et chargée de protéger la famille Yoshinaga n’est pas toujours à la hauteur et on s’ennuie souvent.

Univers : contemporain fantastique.

  • Glauque : * Mignon : *
    Bourrin : *** Fumé : ***
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les amateurs de sculpture.

Ghost hunt

Un expert en phénomènes paranormaux ultra-narcissique, une célèbre médium, un exorciste, une miko, un moine, un pipoteur de génie, une lycéenne qui se demande ce qu'elle fout là : il faut bien toute cette bande de bras cassés pour s'occuper de l'invasion de fantômes dans le bâtiment à côté. Cet animé souffre d'une légère tendance à banaliser le paranormal, mais l'ambiance est néanmoins totalement foutage de gueule, l'ambiance sait être oppressante quand il le faut, et le bourrinisme apparaît régulièrement là où on ne l'attend pas. De quoi passer un très bon moment.

Univers : contemporain fantastique.

  • Glauque : * Mignon : 
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade : ** Pervers : *
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : ****

    Recommandé pour : les tenanciers de boutiques sur le paranormal.

Haiyore! Nyarlko-san

nyarl.jpg ko.jpg

Pour ceux qui connaissent le mythe de Cthulhu, l’une des plus horribles créatures de l’univers n’est autre que Nyarlathotep (se prononce Nyarulatohotepu), alias le Chaos Rampant, alias le dieu aux mille visages. Et voilà donc. L’un de ces mille visages n’est autre que celui d’une jeune fille surexcitée et insupportable, amatrice de culture terrienne, qui débarque dans la vie d’un type qui n’en avait pas demandé autant et le protège… eh bien au fil du temps on ne sait pas trop de quoi, mais sisi c’est promis, elle le protège. Ne vous attendez pas à trop de cohérence dans ce vaste délire avec plusieurs références lovecraftiennes ou otaku par minute. Plus on perd en cohérence, plus on gagne de points en mythe de Cthulhu, mieux on se porte. Enfin je crois.

Univers : contemporain avec des aliens, enfin des dieux, bref vous m’avez compris.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : *** Fumé : ****
    Crade : * Pervers : ****
    Sombre : * Délirant : ****
    Malsain : *** Parano : ****

Recommandé pour : les amateurs de Lovecraft. Surtout les puristes, gniark gniark gniark.

Hare + Guu

hare.jpg guu.jpg

  Hare est un jeune garçon qui vit paisiblement dans un village de la jungle. Jusqu'au jour ou son alcoolique de mère recueille une petite fille de son âge, la mignonne Guu. Hare découvre rapidement que Guu est un véritable monstre au visage enfantin, doté de pouvoirs dépassant l'entendement. Et qui fait tout pour que seul lui s'en rende compte. L'histoire montre surtout les nombreux pétages de plombs du pauvre Hare qui se sent vraiment, vraiment seul. Et surtout, on sait que c'est lui qui a raison et tous les autres qui ont tort.

La série s'enchaîne sur une seconde saison (Hare+Guu deluxe) qui vaut encore le coup, mais dans la troisième (final) ça s'essoufle complètement.

Univers : contemporain.

  • Glauque : ** Mignon : ***
    Bourrin : **** Fumé : **
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain : *** Parano : ****

  Recommandé pour : ceux qui savent que la valeur de la paranoïa n'attend pas le nombre des années.

Hayate no gotoku!

hayate.jpg gotoku.jpg

Hayate n’a pas de chance dans la vie. Abandonné par ses parents, il hérite d’une dette colossale auprès de la mafia, et il rate sa tentative de kidnapping visant à se refaire. Grâce à un incroyable quiproco (qui n’est que le premier d’une loooooongue série), la riche héritière sauve ses fesses. Le reste est une succession d’épisodes obligés, et franchement réussis, sur le ton de la satire d’un nombre incalculable d’autres animés. Comme souvent pour les séries du genre, chapeau à celui qui parvient à suivre toutes les références. Avec une trame générale très faible mais existante, Hayate no gotoku parvient à durer un nombre d’impressionnant d’épisodes sans ennuyer le spectateur ; une sacrée performance.

Univers : contemporain peu réaliste.

  • Glauque : ** Mignon : ***
    Bourrin : *** Fumé : ***
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : **

Recommandé pour : les serviteurs de combat.

Here is Greenwood

Greenwood, c'est un dortoir, mais attention, un dortoir pas banal. Dans ce dortoir vous pouvez découvrir les mystères profonds et insondables d'un lycée pour garçons. Car c'est un endroit particulier, le lycée pour garçons, surtout celui-ci, avec ses résidents... pas banals, c'est le moins qu'on puisse dire. Ça part un peu dans tous les sens, avec au départ l'histoire d'une fille déguisée en garçon dont il faut cacher l'identité, puis l'introduction de tout un tas de personnages rocambolesques et pas crédibles, mais on leur pardonne, surtout grâce à la méchanceté gratuite de certaines scènes. La fin vire franchement comédie sentimentale, mais ça reste bien ficelé. Au final, ces OAV font surtout un paquet de références à un manga qui lui, doit être vraiment drôle. Je vais essayer de me le procurer, car tout ça me laisse un petit goût de pas assez.

Univers : lycée.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : 

Recommandé pour : les femmes. Euh non, les hommes. Enfin, les femmes. Non, les hommes. Bref.

Hidan no Aria

hidan.jpg aria.jpg

Cette production JC Staff se place une fois de plus sous le signe du n’importe quoi absolu. Une école pour chasseurs de primes a été construite sur une île flottante géante face au Rainbow bridge (ça permet de beaux plans). Là où de braves jeunes gens équipés comme des membres de la A team apprennent à capturer les méchants, des complots super crédibles se trament, à base de Segway télécommandés et d’histoires de familles capillotractées. Ils seront résolus dans la joie et la bonne humeur par des petites culottes de parachutistes avec de super beaux gosses.

Univers : vaguement futuriste avec des chasseurs de primes.

  • Glauque : ** Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade : ** Pervers : ***
    Sombre : * Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : **

Recommandé pour : les amateurs de base jump.

Hime-sama goyôjin

hime1.jpg hime2.jpg

D’habitude, j’ai beaucoup de mal avec tous ces animés où il se passe juste une succession aléatoire de n’importe quoi sans queue ni tête, et où on est prié de rire toutes les cinq minutes parce que c’est censé être drôle. Mais là, on est loin de ce genre de choses. Il s’agit tout simplement d’une succession hilarante et néanmoins cohérente (pour un certain sens du mot cohérence) de gags rocambolesques, grotesques et bien entendu répétitifs, entre une gamine devenue princesse, une princesse incompréhensible qui cherche sa couronne, une prof qui ferme sa gueule, des voleurs stupides, un ninja stupide, un vrai-faux-vrai prince stupide, un insupportable chat rose et son lance pop-corn, un chien à l’allure de dinosaure, et bien d’autres.

Univers : alternatif n’importe quoi.

  • Glauque :  Mignon : *
    Bourrin : ** Fumé : ****
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain :  Parano : ***

  Recommandé pour : une bonne tranche de rigolade.

HoiHoi-san

À ce que j'ai compris, cet OAV introduit un jeu vidéo, auquel je n'ai pas joué. Dans un futur pas si lointain, les insecticides n'agissent plus, les sales bêtes ayant développé toutes sortes d'insensibilités. Les humains se défendent donc comme ils peuvent : à l'aide de petits robots en forme de poupées, armées jusqu'aux dents pour exterminer les insectes, à coups de gatling ou de lance-roquettes. Bien entendu, personne ne songerait à fabriquer une poupée qui tuerait les produits « concurrents ». Court et terriblement décalé, un OAV à voir.

Univers : futuriste.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : ****
    Crade : * Pervers : *
    Sombre : ** Délirant : **
    Malsain : * Parano : 

  Recommandé pour : ceux qui viennent de prendre de la bonne drogue.

Kacho Ohji

kacho1.jpg kacho2.jpg

Quand les protecteurs de l’espace, faisant face à une invasion alien sans précédent, ont besoin d’un spécialiste pour faire fonctionner leur arme secrète et destructrice, à qui font-ils appel ? À un ancien joueur de hard rock reconverti en employé de bureau ennuyeux, bien sûr. Le voici donc lancé, au grand dam de sa femme qui voudrait qu’il s’occupe de son fils, dans un grand sauvetage de l’univers à coups de décibels et de guitare électrique, sous le regard d’une jolie blonde au maquillage kitsch. Oublions bien entendu toutes les incohérences du scénario totalement convenu, le propos n’est heureusement pas ici mais dans… le concept même. Un grand regret, la musique n’est pas franchement excellente, ce qui est bien dommage vu comme le sujet s’y prêtait.

Univers : contemporain + space opera.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin : ** Fumé : ****
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : * Parano : *

Recommandé pour : les hardeux sur le retour.

Kannagi

kanna.jpg nagi.jpg

  C’est l’histoire d’un étudiant qui sculpte l’image d’une déesse dans un arbre sacré qui a été coupé. Histoire de pousser l’ironie encore plus loin, la statue prend vie et la déesse s’incarne, en profitant pour squatter chez lui outrancièrement. Bref c’est le support à une intrigue bien marrante, et marrante elle l’est. Les gags sont filés, parfois sur plusieurs épisodes, et c’est souvent à pleurer de rire, sans compter les références croisées à moult autres animés (en particulier Lucky ☆ Star).

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain : ** Parano : *

  Recommandé pour : les prêtresses en manque d’items magiques.

Kore wa zombie desu ka?

zombie.jpg desu.jpg

Un lycéen de fond de classe, près du radiateur, est renversé par un camion. Une nécromancienne timide le fait revivre. Devenu zombie, il pique sans le vouloir les pouvoirs d’une géniale douce magical girl qui passait par là. Devenu à son tour une douce magical girl et nourrissant toutes ces tarées, il doit combattre des vampires ninjas, des profs, et autres créatures à la noix. Un peu long par moments, mais franchement rigolo et décalé, plein de combats à 900 % avec des tronçonneuses, c’est un bon moment de bêtise pour qui n’a pas peur du sang.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : *** Fumé : **
    Crade : *** Pervers : ***
    Sombre : * Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : *

Recommandé pour : les géniales et douces jeunes filles magiques.

Kujibiki unbalance

Afin d'appuyer le propos de la série Genshiken, le studio n'a pas hésité à réaliser trois épisodes de la série dont les personnages sont les plus ardents fans. Autant dire tout de suite que là, on part dans de grands délires champignonnesques, avec des personnages caricaturaux au possible. Bien évidemment, on reconnaîtra les personnages qui apparaissent dans Genshiken sous forme de cosplay. L'ensemble est un grand délire totalement incompréhensible à base de concours de cuisine, d'aliens, d'histoires d'amour pour les champignons, et sera difficile à suivre pour qui n'a pas vu Genshiken, mais ça n'empêche pas d'apprécier.

Univers : lycée.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : *****
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : suivre Genshiken, ou pour les champignons.

The legend of Koizumi

legend.jpg koizumi.jpg

Rarement l’appellation “n’importe quoi” n’aura été autant adaptée à un animé. The legend of Koizumi, ce n’est pas juste n’importe quoi. C’est totalement n’importe quoi. C’est un concept où l’avenir de l’humanité se joue au mah-jong, et où le premier ministre Koizumi (qui dans la vraie vie, rappelons-le est un connard de faucon limite extrême-droite), véritable Chuck Norris du mah-jong, pulvérise ses ennemis aussi bien dans le jeu que par ses incroyables talents stratégiques et militaires. Ce David Carradine de la politique protège son pays par sa verve, son talent, son don et sa classe démesurée. Bref, vous l’aurez compris, c’est n’importe quoi et c’est bien marrant.

Univers : contemporain avec pas mal de variantes.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin : *** Fumé : ****
    Crade : ** Pervers : 
    Sombre : *** Délirant : ****
    Malsain : * Parano : **

Recommandé pour : MKK.

Mao-chan

mao.jpg chan.jpg

  Le Japon est envahi par des extraterrestres. Précision : par des extraterrestres mignons. Comme ce chaton géant mignon tout plein, par exemple. Problème : si vous envoyez l'armée poutrer la gueule à des aliens aussi mignons, vous allez vous mettre l'opinion publique à dos. « À la kawaiitude, nous ne pouvons opposer que la kawaiitude ! » Et voici donc l'idée du siècle : envoyons trois gamines de 8 ans, avec un char d'assaut en plastique, un avion en papier et un sous-marin en carton-pâte. Nous tenons là quelque chose d'encore plus mignon. Bon, bien sûr, quand elles se ratent, elles détruisent un quartier, mais qu'à cela ne tienne, elles sont si mignonnes quand elles disent « Gomen nasai ! ».

Univers : fantastique.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain :  Parano : *

  Recommandé pour : MKK, bien sûr. Cet animé a été de toute évidence fait pour lui personnellement.

Michiko & Hatchin

michi.jpg michiko.jpg

Cet authentique road movie met en scène deux personnes que tout pourrait opposer. Michiko est une femme fatale, dans tous les sens du terme. Reprise de justice particulièrement bourrine et pulpeuse, elle tourne en permanence la police en ridicule. Hana est une Cosette des temps modernes. La première s’évade d’une prison, la seconde de ses parents adoptifs, pour se lancer à la recherche d’un homme. Et bien sûr, se retrouvent pris dans des histoires sordides à cause de tout ce que ce grand prince du foutage de grouille a laissé derrière lui. Une aventure burlesque et violente à la fois dans une sorte de Japon-Mexique sordide et totalement corrompu.

Univers : contemporain.

  • Glauque : *** Mignon : *
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade : * Pervers : **
    Sombre : **** Délirant : **
    Malsain : * Parano : *

Recommandé pour : les gangsters en mal d’amour.

Millennium actress

millennium.jpg actress.jpg

Un journaliste parvient à retrouver la trace d’une actrice d’exception qui a disparu au faîte de sa carrière. On voit alors se dérouler une histoire totalement bizarre, à la fois touchante et tragique, sous forme de méta-fiction dans laquelle s’imbriquent l’histoire de l’actrice et celle de ses personnages dans de grands classiques du cinéma nippon. Le résultat est assez étonnant, comme souvent avec le regretté et néanmoins magistral Satoshi Kon, et ce qui est clair c’est que, malgré l’absence notable (pour lui) d’histoires totalement crades et malsaines, on ne s’ennuie pas. Nos journalistes arrivent à suivre l’héroïne à travers le temps, entre des samouraïs, des guerres et des comédies romantiques, jusqu’à comprendre (enfin, à peu près) l’histoire.

Univers : contemporain avec des passages fumés.

  • Glauque : * Mignon : 
    Bourrin :  Fumé : ****
    Crade : ** Pervers : 
    Sombre : * Délirant : 
    Malsain :  Parano : ***

Recommandé pour : les fans de S. Kon bien sûr, mais les autres aussi.

Momoiro sisters

momo.jpg iro.jpg

Voici une histoire, ou plutôt des histoires, de filles, qu'on sent bien écrites par des filles, et qui parlent de problèmes fondamentaux pour des filles : le premier baiser, la première fois, les interactions entre sodomie et hémorroïdes, le dégarnissage du front de Monsieur après trente ans, et bien d'autres questions philosophiques épineuses. Les mini-épisodes sont centrés sur deux sœurs, Sakura et Momoko. L'aînée passe bien entendu son temps à parler à sa petite sœur de comment s'y prendre et à se moquer d'elle, tout en prenant soin de lui dissimuler qu'elle se pose les mêmes questions.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain : * Parano : 

  Recommandé pour : les tripoteuses.

Nodame cantabile

Un animé musical, ce n’est certes pas original, mais celui-ci est centré sur la musique classique et sait ma foi se montrer intéressant et surtout bien rigolo. On suit des personnages déjà presque adultes (ce qui nous change) qui étudient au conservatoire. Les relations entre certains d’entre eux sont franchement croustillantes et le peu qu’on voit de leur fonctionnement fait peur ; au bon sens du terme. Bref, une nouvelle fois JC Staff prend un concept banal et en sort du bon.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque : * Mignon : *
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : 

  Recommandé pour : se rafraîchir les idées avec un peu de Beethoven.

Noodle fighter

  Elle est forte. Elle est rapide. Elle est invincible. Elle livre des ramen, et n'aime pas le pain. Elle ne craint qu'une chose : sa mère. Attention, voici du n'importe quoi cosmique, où tout est prétexte à démarrer des combats sans queue ni tête, avec de traumatisantes transformations en train. En bref, on a rarement vu animé aussi débile et dans lequel il ne se passe rien, pourtant je dois dire que c'est grandiose. Avec seulement sept personnages et un sujet aussi ridicule que le combat quotidien d'une livreuse de nouilles, on aurait pu tomber dans une platitude rare. Pourtant on ne s'ennuie pas une seconde devant ce délire cosmique, absolument hilarant.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade : * Pervers : *
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain : * Parano : 

  Recommandé pour : les gastéropodes, MJ, Georges, et autres amateurs de nouilles, bien évidemment.

Nyan koi!

nyan.jpg koi.jpg

Une nouvelle déclinaison du concept de harem, sur un thème poilu et déjà usé et abusé. Pourtant, Nyan koi s’en sort plutôt pas mal, ceci grâce à un humour, certes pas toujours décapant, mais omniprésent, une absence totale de sérieux et des clichés habilement détournés. Jugez un peu : maudit par la statue du dieu-chat protecteur, Junpei se métamorphose progressivement en chat, en commençant par entendre les chats parler ; il doit les aider pour éviter que la malédiction se concrétise. Hélas pour lui, il est allergique aux chats. Les personnages féminins – la gentille nunuche qui aime les chiens, l’amie d’enfance au look qui fait peur, la petite sœur protectice, la factrice aux gros nichons, les tarées de service… tous sont là pour le réel intérêt : fan service et allusions débiles.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : *

Recommandé pour : les mamies à chien-chien.

Okami-san

okami.jpg san.jpg

L’histoire se passe dans une ville imaginaire sortie des contes de fées, mais surtout sortie du fantasme d’un mafieux sur le retour. Dans cette ville, pleine de guerres des gangs, la banque Otogi, une organisation puissante, se charge de vous rendre de menus services, en échange de services à rendre plus tard (services pouvant consister d’ailleurs à rappeler à certains clients leurs dettes). Bref, une authentique organisation mafieuse. Sauf que voilà, de la façon dont c’est présenté, on dirait plus une sorte de club de gens bourrins qui aiment aller aider les gens. Et accessoirement, taper sur le méchant lycée d’en face. Le tout est présenté sous une forme particulièrement originale, puisque chaque épisode et chaque personnage est tiré de contes de fées : le loup (une héroïne tsundere), le petit chaperon rouge, Hänsel et Gretel, Urashima Tarô et bien d’autres héros encore, dans des métaphores ou parodies plus ou moins filées. Plutôt réussies quand c’est juste n’importe quoi, plus douteuses quand on voit des tentatives de faire apparaître un fil conducteur. Au final, on rajoute une histoire d’amour, et cette sauce sucrée-salée complètement inattendue prend assez bien.

Univers : contemporain imaginaire et pas très réaliste.

  • Glauque : ** Mignon : ***
    Bourrin : * Fumé : ***
    Crade : * Pervers : *
    Sombre : ** Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : **

  Recommandé pour : faire se retourner les frères Grimm dans leur tombe.

Orochuban Ebichu

ebichu1.jpg ebichu2.jpg

  Les mignonnes et aventures d'un gentil petit hamster toujours dévoué pour sa maîtresse. Enfin, mignonnes... pourvu qu'on ne soit pas gêné par un langage plus cru que ce qu'on n'aurait jamais pu imaginer passer à la télévision japonaise, et par des scènes de sexe hautement explicites entrecoupées d'images gore à la South Park. Pour peu qu'on ne soit pas trop gêné aux entournures, ces mini-épisodes sont une partie de franche rigolade assurée. Absurde, comique de répétition, gore, conseils sexuels bidon et uiin-uiin vert sont au rendez-vous.

Univers : contemporain fantastique.

  • Glauque : * Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : *
    Crade : *** Pervers : ****
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain : ** Parano : 

  Recommandé pour : les chats, chiens, hermines, hamsters, ratons-laveurs et autres lapins de compagnie, avec ou sans chatterton.

Panzer princess Punié

  Une adaptation explosive d'un manga dont on trouvait justement qu'il est un peu court. La gentille petite Punié, princesse du royaume de la magie, est venue sur Terre étudier pendant un an. Hélas elle rencontre des méchantes qui ne veulent pas comprendre toute la profondeur de sa gentillesse. Tant pis pour elles. CRAC. Le mélange très réussi d'ultra-violence et de rose bonbon ne laissera personne de marbre, d'autant que les combats sont bien rendus, ce qui n'était pas gagné. À voir d'urgence, si vous ne craignez d'avoir peur en entendant quelqu'un manger une biscotte.

Univers : contemporain fantastique.

  • Glauque : * Mignon : ****
    Bourrin : *** Fumé : 
    Crade : **** Pervers : *
    Sombre : **** Délirant : ****
    Malsain : ** Parano : 

  Recommandé pour : les amateurs de krav maga. Oui, avec du miel.

Pom poko

Cette fiction d'Isao Takahata retrace la construction d'un nouveau quartier de Tokyo du point de vue de ses habitants d'origine : des créatures magiques du folklore nippon nommées tanukis. On suit sur plusieurs années le combat de l'ombre de ces animaux qui n'en sont pas vraiment, dont les pouvoirs fort intéressants sont rendus inutiles par leur propre futilité, les rendant comme il se doit extrêmement attachants. Le tout est un brin trop moralisateur, mais au demeurant drôle, mignon et empreint d'une grande nostalgie.

Univers : fantastique.

  • Glauque : ** Mignon : ***
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : 
    Sombre : * Délirant : **
    Malsain :  Parano : 

  Recommandé pour : ceux qui pensent qu'ils ont les plus grosses.

Poulpe girl

poulpe.jpg girl.jpg

Elle en a sacrément marre que les humains polluent la mer, donc elle est venue pour se venger. Et donc pour envahir la terre entière et soumettre l’humanité. Son expédition va s’arrêter bien vite, au niveau de la première paillotte où on la prend pour une serveuse. C’est que ses pouvoirs sont pratiques, mais que son cerveau n’est pas à la hauteur. Bref, c’est totalement hilarant, complètement crétin et décalé de A à Z, et donc un bon moment en perspective.

Univers : contemporain fantastique.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade : * Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain :  Parano : *

  Recommandé pour : manger des spaghetti à l’encre de poulpe.

Que sa volonté soit faite

kami.jpg nomi.jpg

  Le pitch commence mal. Très mal, même. Jugez sur pièces : Keima est un otaku. Un gros otaku à lunettes qui ne fait que jouer, toute la journée, à des jeux vidéo de drague, et aucune héroïne ne lui résiste : c’est le dieu de la drague. Suite à un pacte démoniaque passé à l’insu de son plein gré, il doit conquérir le cœur de vraies filles (des filles 3D). Partant de là, on s’attendait au nanard du siècle, mais c’est au contraire l’un des meilleurs animés de tous les temps qui en est ressorti. C’est une histoire débile, certes, mais servie par un humour subtil et dévastateur, et une mise en scène dramatique qui progresse au fil des saisons pour amener le spectateur à voir tous les genres à la fois : vaudeville, grotesque, comédie sentimentale, tragédie, intrigues paranoïaques… La palette d’émotions qui peut ressortir de Kami nomi est d’une richesse tout simplement fantastique.

  Univers : contemporain.

  • Glauque : *** Mignon : ****
    Bourrin : ** Fumé : 
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain : *** Parano : ****

Recommandé pour : ceux qui croient savoir draguer.

Ray

ray1.jpg ray2.jpg

Là, on est dans le n'importe quoi de haut vol. L'héroïne, avec son super-pouvoir de voir à travers les gens, est devenue chirurgienne. Normal, me direz-vous. Remarquez, avec ça, même Kenzo Tenma se fait mettre minable en termes de chirurgie. Mais surtout, il y a les autres personnages. Surtout, surtout, le directeur de l'hôpital, avec sa tête de révolutionnaire de 1917 et ses combos à la Ken le survivant. Comprenez, quoi, ici on soigne les gens, alors pour les soigner il faut commencer par leur péter la gueule. Sans compter que l'ambiance générale est complètement rocambolesque, la chirurgie étant l'arme d'un combat de tous les instants contre des maladies aussi gerbantes qu'imaginaires. Le résultat est moins réussi et surtout moins glauque que le manga, mais ça se laisse très bien regarder.

Univers : on va dire contemporain.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade : ** Pervers : **
    Sombre : * Délirant : *
    Malsain : ** Parano : *

  Recommandé pour : ceux qui se demandent ce qu'il y a sous les blouses des infirmières.

Saint Luminous mission high school

  Un animé à regarder au troisième degré, ne serait-ce que pour le titre. Qui pourtant n'en est pas l'élément le moins ridicule. Des mystères... très très mystérieux font attendre des explications qu'on espère voir venir à chaque épisode, mais on y trouve plutôt de nouveaux délires incompréhensibles. Les personnages sont variés et pourraient être complexes, mais leurs actions sont totalement incompréhensibles, aléatoires et illogiques.

Univers : lycée.

  • Glauque : ** Mignon : *
    Bourrin : ** Fumé : *****
    Crade :  Pervers : *
    Sombre : * Délirant : *
    Malsain : * Parano : ***

Recommandé pour : meubler un bad trip.

School rumble

school.jpg rumble.jpg

Kenji est amoureux de Tenma, qui est amoureuse de Karasuma-kun, qui est un autiste, et tout le monde aime Yakumo-la-petite-sœur. Vous allez me dire, on ne va pas aller loin avec ça. En effet. Là où ça devient intéressant, c'est dans la multitude de références à d'autres animés, et ce dans chaque épisode et de la manière la plus incongrue possible. C'est un véritable challenge pour tout otaku que de découvrir l'intégralité de ces références. Hélas la série s'éternise en longueur, et les auteurs tombent à court d'idées à partir du dixième épisode, partant en boucle dans leurs propres délires. Dommage, il aurait suffi de faire plus court. Inutile de parler des OAV et de la seconde saison, ça devient carrément chiant.

Univers : lycée.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : ***
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain :  Parano : 

  Recommandé pour : les gens avec une culture colossale en matière d'animés.

Taisho yakyuu musume

taisho.jpg yakyuu.jpg

Littéralement : ère taisho = début du 20e siècle ; yakyuu = base-ball ; musume = filles. Et quoi, c’est tout ? Oui, c’est bien le sujet. Seul J.C. Staff peut inciter des gens à regarder un animé de base-ball. C’est mignon au possible, frais et sans aucune prétention. Encore un ovni à avoir vu passer.

Univers : début 20e siècle.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les fabricants de sacs à dos.

Tales of agriculture

moya1.jpg moya2.jpg

Pas de doute, le titre donne le ton. Cela se passe dans une université d’agronomie, où les cours comme les recherches ont vite fait de porter sur des trucs pas très ragoûtants. En particulier pour une certaine équipe qui tente des recettes venues du monde entier, comme par exemple les mouettes pourries dans un estomac de phoque enterré pendant 3 semaines. Équipe rejointe par notre héros qui pour sa part possède une faculté étonnante : celle de voir les microbes ; pratique pour distinguer les bactéries asiatiques (elles ont les yeux bridés) ou reconnaître différents types de levures (suivant si elles préfèrent le squash ou la balle au prisonnier). Âmes sensibles s’abstenir, mais pour les autres c’est tout simplement hilarant.

Univers : université.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade : *** Pervers : *
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain : * Parano : ***

  Recommandé pour : les biologistes.

La traversée du temps

Quand une jeune fille se voit accorder le pouvoir de voyager dans le temps, on peut imaginer qu’elle en profite pour sauver le monde en protégeant tous ses amis. Il est plus crédible de supposer qu’elle va l’utiliser pour manger tout ce qu’elle veut, épater la galerie en réussissant ses interros, et régler ses problèmes de cœur. Résultat, ce film sans prétention oscille entre une intrigue de base totalement bisounours et des passages glauques à souhait. Ça se laisse regarder pour peu qu’on laisse les incohérences de côté.

Univers : contemporain.

  • Glauque : *** Mignon : ***
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade : * Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les amatrices de flan.

White album

white.jpg album.jpg

Je dois dire que mes sentiments sont – comme ceux du personnage – très mitigés au sujet de White album. Il y a des graphismes franchement réussis, une ambiance réellement originale et malsaine, et beaucoup d’ambiguïté dans les relations. Le problème, c’est qu’on n’y comprend rien. On capte des bribes de pensées du personnage principal, on voit des actions complètement décousues des personnages féminins, bref c’est assez bizarre. Ah oui, ça parle de pop-stars et de la place pour leur vie amoureuse.

Univers : années 80.

  • Glauque :  Mignon : *
    Bourrin :  Fumé : *****
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain : *** Parano : 

Recommandé pour : accompagner ce qui pourrait aller avec de la musique planante.

Working!!

work.jpg king.jpg

Cet animé assez déjanté présente le quotidien de l’équipe de bras cassés qui sert à manger dans un restaurant familial. Comme souvent avec ce genre de concepts, il ne se passe rien et c’est juste génial grâce à des personnages complètement débiles. Jugez un peu : une fille de 17 ans qui complexe sur sa toute petite taille, un lolicon qui tripe sur la taille de ladite personne, une allergique aux hommes qui les cogne à tout bout de champ, une chef incompétente et fainéante, et bien d’autres. Working ne cherche jamais la cohérence, la légèreté ni le réalisme, uniquement à faire rire à partir de situations débiles. Sur ce point, c’est très réussi.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : *
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain : ** Parano : **

Recommandé pour : les serveuses ?

You’re under arrest mini specials

arrest1.jpg arrest2.jpg

Tant par la forme que par l’esprit – des petites histoires complètement débiles alternant perversion, mécanique et crétinerie pure – voici clairement une adaptation fidèle, sans être pour autant à la lettre, de cet hilarant manga. Pour ceux qui ne connaissent pas encore, il s’agit de l’histoire de Natsumi et Miyuki, deux policières par… par vocation on va dire, si tant est que la police incluse des vocations pour les arts martiaux, la musculation, la mécanique et la moto. Comme prévu, les voleurs de petites culottes, les voitures mignonnes et survitaminées, les quiprocos à deux yens et les baffes dans la gueule sont au rendez-vous. Une bonne tranche de rigolade à prévoir.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : *
    Bourrin : * Fumé : *
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : les fans de mécanique, de musculation, et de You’re under arrest.

Tout et n'importe quoi (dernière édition le 2010-08-18 18:32:43 par localhost)

Edit and actions menu

  • Page immuable
  • Commentaires
  • Informations
  • Pièces jointes