Ça ne vous est jamais arrivé de vous dire « Aaaaah, qu'est-ce que ça aurait pu être bien, si... » ? Moi, si. Souvent. Plus dure est la chute. Le conseil du chef pour se faire mal : Love pheromone.

Accel world

accel.jpg world.jpg

Grâce à un logiciel spécial téléchargé dans leur implant neural, les protagonistes peuvent basculer dans un monde accéléré, où ils se tapent sur la gueule. À plusieurs titres la série est surprenante, déjà par de très beaux graphismes et par un scénario plus poussé que juste de la baston. Le problème est bien que ces points positifs ne parviennent pas à compenser le côté convenu de l’intrigue et du personnage principal.

  • Chute : {*} {*} {o} Tokyo sky tree

Ar tonelico

En regardant ça, je me suis dit : « En voilà une adaptation de jeu vidéo qu'elle est bonne. » Graphismes magnifiques, bande son carrément somptueuse (on se demande initialement pourquoi c'est en THX, bah on comprend vite), une histoire d'heroic-fantasy plutôt bien goupillée, ça commence bien. Mais en fait les personnages ne sont pas vraiment développés, et ça s'arrête après ce qui ressemble juste à une introduction. Alors bon, faire un bel OAV c'est gentil, mais si c'est juste pour que les gens ayant joué au jeu en profitent...

  •   Chute : {*} {*} {*} Station orbitale.

Aujourd’hui dans la classe 5-2

5.jpg 2.jpg

Cette série de gags dans une classe de sixième se voudrait aussi culte qu’Ichigo mashimaro, mais on en est très loin. Cela arrache parfois quelques sourires, mais c’est surtout décevant tant graphiquement (surtout la version TV) que sur le contenu plus riche en scènes tendancieuses affligeantes qu’en fous rires.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower

Azusa va vous aider

Cet OAV traite de manière fort réussie d'un sujet qui nous tient tous à cœur : l'apparition des sentiments chez les robots. (Comment ça il ne vous tient pas à cœur ? Barbare !) Le personnage est attachant et drôle, l'histoire se laisse suivre. Alors pourquoi ne pas regarder, me direz-vous ? Parce que le sujet principal n'est pas celui-là. C'est le base-ball.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower.

Baka to test to shôkanjû

baka.jpg test.jpg

Cette adaptation d’une série de nouvelles à succès a pas mal d’atouts pour plaire, à commencer par beaucoup d’humour. Elle met en scène une classe d’idiots (baka) qui doivent affronter les autres classes dans des combats fantasmagoriques impliquant des créatures, pour gagner de meilleures conditions d’enseignement. Le problème c’est que ça devient rapidement très répétitif, très lassant, et centré sur les combats dont franchement, on n’a rien à faire.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Bleu indigo (Ai yori aoshi)

Une vieille histoire d'amour bien asymétrique et teintée de haines familiales, moi je dis ça commence bien. Hélas, trois fois hélas, ce n'est que pour dissoudre cette intrigue dans une banale et navrante ambiance de harem au bout de 4 épisodes. Lamentable et pas drôle.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower.

Blue drop

blue.jpg drop.jpg

La première, enfant pourrie gâtée et insupportable, est l’unique rescapée d’un massacre sur une île il y a quelques années de ça. La seconde est le commandant d’un sous-marin extraterrestre rebelZ qui s’intéresse à elle. Des ingrédients de base pour une histoire shôjo ai très classique, mais la sauce ne prend pas : trop de remplissage, trop de complots stupides et incompréhensibles, trop d’incohérences.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle.

Bottle fairy

Cette petite histoire mignonne de mignonnes petites fées habitant dans des bocaux, et vivant de folles aventures débiles dans la maison de leur sensei, m’intéressait bien. Ou plutôt, m’aurait bien intéressé si l’humour espéré était au rendez-vous. Et du coup, ça a beau être mignon, c’est chiant.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower.

C³: Cube × Cursed × Curious

cube.jpg cursed.jpg

Ce gros cube de métal est en fait un dangereux artefact qui sert à terroriser les gens. Mais en fait c’est aussi une jeune fille qui cherche la rédemption. C’est donc en toute logique qu’elle atterrit dans une colonie de vacances pour artefacts en quête de rédemption. Mais attention : des méchants veillent, qui veulent récupérer les artefacts pour faire le mal. Et d’autres méchants veillent, qui veulent détruire les artefacts qui veulent faire le mal même s’ils sont en quête de rédemption. Bref, c’est plein de bonnes idées de pouvoir, mais c’est ronflant, l’intrigue est vue et revue et ne sert de prétexte qu’à des scènes préfabriquées, et pour couronner le tout c’est rempli de morale judéo-chrétienne de bas étage.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Canaan

canaan1.jpg canaan2.jpg

Canaan c’est, au premier abord, une vraie production de qualité : des graphismes fins et classieux, une animation sans faille, des personnages hauts en couleurs, des gros bills dans tous les sens, de vrais pouvoirs originaux, bref, plein de choses pour faire plaisir aux amateurs de finesse et de subtilité. Malheureusement, le scénario dérive vers des concepts déjà vus et réchauffés des dizaines de fois, avec de gros méchants qui font des expérimentations biologiques pour trouver des pouvoirs. Bref, rapidement ça devient chiant comme la mort, et c’est bien dommage.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Crystal blaze

crystal.jpg blaze.jpg

Dès le départ, le scénario est pour le moins fouillis : une agence improbable de détectives, mélangeant un vrai dur qui s’intéresse à des affaires de haut niveau et des gamines enquêtant sur les chats perdus, s’intéresse à l’histoire de jeunes filles qui se transforment en verre pour des manipulations sorties d’on ne sait trop où. Mais là où les drames s’enchaînent, c’est l’accumulation d’éléments inexploités ou mal exploités : la ville où chacun est censé posséder un passé trouble, sans que ce passé soit jamais utilisé ; le travesti commanditaire qui semble « avoir ses raisons » mais en fait non ; l’idée des gens changés en verre tendant vers un scénario minable d’armes humaines ; la totale absence d’intérêt des deux personnages principaux féminins ; le comportement inconsistant et soi-disant corrompu de la police… j’en passe et des meilleures.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower

Dark rabbit

kuro.jpg usagi.jpg

Il retrouve son amie d’enfance qu’il avait complètement oubliée. Bizarre non ? Et puis il découvre qu’il est immortel, aussi. C’est à partir de là qu’un animé peut être vachement bien ou vachement pourri. Quand il écarte tout le glauque de l’intrigue pour se concentrer sur des combats, une situation de harem à la con, et un méchant bureau des élèves, on arrive dans la seconde catégorie.

  • Chute : {*} {*} {o} Tokyo sky tree

Dragon crisis!

dragon.jpg crisis.jpg

Deux chasseurs de reliques récupèrent une relique très particulière : un dragon. Alors pour les besoins de la production, le dragon est une petite jeune femme insupportable et criarde, ce qui augure très rapidement d’intrigues très intéressantes sur les relations entre humains et dragons, les traditions draconiques, bref toutes choses dont on entend vaguement parler. Mais voilà, juste vaguement, car les épisodes se focalisent plutôt sur des intrigues de bas étage.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Ergo proxy

J'aimerais bien, parfois, voir un bon animé cyberpunk. J'ai cru que cette superproduction me le permettrait enfin, mais c'est une nouvelle déception. L'intrigue : dans une ville futuriste et glauque, des androïdes sont infectés par un virus qui leur fait développer une personnalité. L'enquête est fort bien ficelée, mais les personnages sont moches et d'une platitude rare. L'ambiance est inintéressante, le réalisateur ayant cru qu'il suffit de baisser la luminosité pour faire quelque chose de glauque.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower.

Excel saga

Les fans vont m'en vouloir de placer leur série culte dans cette catégorie, mais franchement, il faudra qu'ils me disent ce qu'ils lui trouvent. Tout l'humour d'Excel saga est intégralement auto-référent, il faudrait quasiment revoir la série en entier pour comprendre les gags. De nombreuses fois on a l'impression qu'il y a marqué « Riez ici, c'est drôle, d'ailleurs moi Nabeshin je suis très drôle, ha ha ha ha ha. » Il ne manque plus que les rires enregistrés. Heureusement, il y a Menchi.

  •   Chute : {*} {*} {*} Station orbitale.

Fairy tail

fairy.jpg tail.jpg

Cet animé est tellement décalé qu’il aurait pu être regardable malgré la laideur du graphisme. Aurait pu. S’il ne se prenait pas autant au sérieux. En fait, c’est un gros nanar.

  • Chute : {*} {*} {o} Burj Khalifa

Final approach

Voilà un shôjo manga qui part d'une bonne idée : le gouvernement, pour enrayer la baisse de la natalité, a décidé de marier les gens malgré eux, en calculant les couples idéaux à l'aide d'un super-ordinateur. Résultat du premier essai, un jeune étudiant voit une inconnue parachutée chez lui et entrer dans sa vie, la jeune fille se prêtant nettement plus au jeu que lui. Cependant, malgré de multiples rebondissements, le scénario n'est pas parvenu à me tenir en haleine, et les personnages manquent cruellement de profondeur.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower.

Full metal panic

full.jpg panic.jpg

Quand un psychotique asocial fanatique des armes débarque dans un lycée tout ce qu’il y avait de plus normal, pour protéger d’un vaste complot mondial, à son insu, une fille qui se révèle encore plus brutale et presque aussi stupide que lui, on ne tient certes pas le scénario du siècle, mais il y a de quoi se payer une bonne tranche de rigolade. Hélas cela vire très vite au harem totalement convenu, et les intrigues “sérieuses” ne tiennent pas la route, ce qui fait qu’on peut alternativement s’ennuyer et se tenir la tête à deux mains d’un air désabusé.

  • Chute : {*} {*} {o} Tokyo sky tree

Gokujo seitokai

gokujo.jpg seitokai.jpg

Un lycée de jeunes filles, avec un groupe d'élèves dirigeant une sorte d'organisation qui a la mainmise totale sur le lycée, sous les ordres directs de la fondatrice. Le décalage permanent entre les personnages caricaturaux à outrance et leurs pouvoirs effectifs, sans compter la peluche de ventriloque maudite, est assez drôle, mais hélas, trois fois hélas, le scénario s’enferre rapidement dans du remplissage sans intérêt au lieu de s’intéresser aux personnages ou à l’intrigue principale (mais si mais si, il y en a une… il aurait pu y en avoir une).

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

High school DxD

high.jpg dxd.jpg

Des démons, des nichons, des résurrections, un harem assez classique somme toute. Toute cette perversité et ces nichons sont au service, une fois n’est pas coutume, d’un vrai scénario, si, si. Il y a de la politique dans le conseil des étudiants et des dilemmes moraux entre démons et anges déchus. Malheureusement, tout cela reste assez banal, surtout répétitif et finalement assez prévisible. Dommage.

  • Chute : {*} {*} {o} Taipei 101

Hijikata Toshizo shiro no kiseki

hijikata1.jpg hijikata2.jpg

Expédiée en une demi-heure, l’histoire de Toshizo Hijikata, le retoutable capitaine du non moins redouté Kinsengumi. Avec des graphismes médiocres, et une implication dans le personnage qui n’est pas vraiment exploitée. Au final, une grosse impression de creux alors que le sujet se prêtait pourtant à une analyse intéressante et des scènes un poil plus épiques.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle.

Himitsu – The revelation

himitsu1.jpg himitsu2.jpg

Himitsu est avant tout une série policière, mais elle se veut être plus que ça ; à savoir, une réflexion sur la liberté et sur jusqu’où la police peut aller pour résoudre un crime. En l’occurrence, le support est une technique (assez pipo il faut le dire) d’extraction des images de la mémoire d’un cerveau mort. Et donc, le problème ? Il est double. Quand les enquêtes sont cousues de fil blanc et totalement dénuées d’intérêt, la profondeur de la réflexion en prend un coup en conséquence. Elle n’avait déjà pas besoin de ça. Bref, le résultat est totalement insipide.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle.

Hyakka ryoran: samurai girls

hyakka.jpg ryoran.jpg

Encore une terrible, terrible déception qui vient frapper en-dessous de la ceinture. Cela fait bien longtemps que je n’avais vu quelque chose d’aussi novateur en matière visuelle, et pour une fois novateur dans le sens positif du terme. Les graphismes sont tout simplement somptueux, tout en ombres et en jeux de lumière, avec des effets de papier et d’encre très réussis, jusqu’à la censure qui vient se rajouter dans une parfaite continuité. Mais toute bonne chose a une fin, et ici il s’agit du scénario, dont l’absence se fait rapidement sentir une fois la présentation des personnages faite, et qu’il devient clair qu’il ne sera question que de bastons avec des filles à poil. Snif.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Hyper doll: Mew & Mica the easy fighters

mew.jpg mica.jpg

Les histoires de super héros, c’est bien. Les histoires satiriques, c’est bien. Les histoires satiriques de super-héroïnes sexy et stupides combattant avec moult dégâts des créatures encore plus stupides, j’adhère. Mais là, la sauce ne prend pas du tout. Un sourire par-ci par-là lors d’un bon mot ou une apparition de petite culotte, mais rien à faire, ça manque d’originalité.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower

Itazura na kiss

ita.jpg zura.jpg

Cette histoire romantique avec un sale-type-qui-en-fait-est-vraiment-gentil est assez convenue, il faut le dire. Mais la qualité du dessin, le côté attachant des personnages, laissait attendre mieux. Malheureusement le scénario s’enlise dans les clichés et sous cette surface engageante, il n’y a rien.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle

Jigoku shoujo

Vous avez un problème dans la vie ? Quelqu'un vous fait chier ? Pas de problème, pour le modeste prix que vaut votre âme, le courrier de l'enfer s'occupe de vous venger en votre nom ! Avec une belle mise en scène et des chœurs bien appropriés, votre cible comprendra bien vite qu'elle a dépassé les bornes. Vous pouvez partir en enfer le cœur en paix. Malheureusement la série s'enlise très vite dans ses répétitions, et quand on quatrième épisode on voit une gamine vendre son âme pour se venger du vétérinaire qui a mal soigné son chien, on arrête.

  Chute : {*} {*} {*} Station orbitale.

Ça tombe de haut mais la chute ne s'arrête pourtant pas là. Après ça, une série live a été réalisée. Et là, c'est le summum : méchants ridicules, interprétation minable, musiques massacrées. Pathétique.

Kami-sama no memo-chou: It’s the only NEET thing to do

neet.jpg detective.jpg

Au départ on pense que ça va parler d’un pauvre loser. Ensuite on se rend compte que ça va parler d’Alice, la gamine NEET detective, qui reste enfermée dans sa chambre pour piloter une équipe de losers transformés en enquêteurs de choc sur des affaires glauques. Et on se dit que ça va être vachement bien. Et puis en fait non, ça parle juste du pauvre loser du début et de ses amitiés, et ça fait l’apologie de la gentille mafia.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Karas

Les animés qui font dans l'original graphiquement se retrouvent souvent par ici mais là, on a affaire à une exception. Karas, c'est le summum de la qualité graphique, avec une intégration de la 2D et de la 3D excellente, et des effets pyrotechniques époustouflants. En bref, à voir pour le spectacle. Parce que pour le reste, ça ne vole pas haut. L'intrigue est incompréhensible, et l'ersatz d'enquête se transforme en prétexte pour des combats à répétition.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale.

Kimi ni todoke

kimi.jpg todoke.jpg

Avec ce personnage que tout le monde prend pour Sadako (de Ring), il y avait de quoi faire quelque chose de rigolo. Au lieu de ça, cet animé s’enfonce dans la mièvrerie la plus crasse et la plus insupportable.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle

Kämpfer

kamp.jpg fer.jpg

On ne sait pas trop pourquio, des filles se transforment en Kämpfer, sortes de magical girls brutales et psychotiques, qui se tapent dessus sans qu’on sache trop pourquoi. Et puis voilà qu’un homme aussi se transforme, et il se transforme en fille au passage. Jusqu’ici, très bien me direz-vous, dans la longue lignée des Ranma et autres débilités du genre. Mais voilà, on rajoute une bestiole criarde à la Bleach, un scénario pas franchement original, et des graphismes médiocres, et le résultat est rapidement lassant.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle.

Ladies versus butlers!

ladies.jpg butlers.jpg

Cette comédie de type harem s’élève un long moment au dessus de ses pairs, grâce à un humour assez présent et des personnages hauts en couleur. Mais à la longue, l’absence d’intrigue générale cohérente et la surenchère de scènes de fan service particulièrement lourdingue a raison de la persévérance du spectateur le plus patient.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower

Love pheromone

Love pheromone est incontestablement l'un des animés les plus mauvais que la Terre ait porté. Et le pire, c'est que c'est un terrible gâchis de bonnes idées. Le coup des méchantes qui sont gentilles et vice versa, ça aurait pu être bien. Eh bien non. À regarder entre deux chefs-d'œuvre de David Carradine.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale.

Ma femme est une magical girl

Terrible, terrible gâchis. L'idée de départ est absolument génialissime : que deviennent les magical girls une fois adultes ? Avec la problématique de garder un mari quand on ne peut pas l'embrasser pour garder sa pureté. Ou encore le costume qui devient trop petit. Le pire étant bien entendu de devoir un jour renoncer à tout ça pour passer le bâton. Malgré ce concept fabuleux, la réalisation lamentable et l'absence de cohérence dans l'intrigue font tout tomber à l'eau.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale.

Maze megaburst space

Une série basée sur de bonnes idées, un peu perverse, avec un héros qui se transforme en héroïne de temps en temps. Cela dit j'ai trouvé ça trop criard et trop sérieux, c'est bien dommage.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower.

Mitsudomoe

mitsu.jpg domoe.jpg

Il y a deux sortes de comiques : le comique de répétition, et… le comique de mauvais goût. Mitsudomoe mise fortement sur ces deux aspects, et cela aurait pu prendre et devenir culte, s’il n’essayait en permanence de rattacher les personnages (de très jeunes enfants) aux poncifs classiques de l’animé pervers. Non que je n’aie quelque chose contre la perversion, mais le résultat est juste navrant. Vraiment dommage, car certains gags dégoûtants à base de morve ou de poches d’urine sont hilarants.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Moryo no hako

moryo.jpg hako.jpg

Avant toute chose, il faut signaler que le graphisme de cette enquête dans le Japon des années 50 est absolument splendide. Un character design réalisé par CLAMP et des décors magnifiques, malheureusement au service d’une intrigue qui piétine. L’histoire semble glauque et bien malsaine, avec des membres arrachés pour transformer les gens en poupées mécaniques, mais c’est vraiment trop fumé et il est très difficile de suivre quoi que ce soit vu le nombre de digressions.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Mushishi

Je crois que ce qui tue cet animé, c'est sa longueur. Sur le début, c'est carrément exceptionnel. Beau à en pleurer. Poétique à en pleurer. Une ambiance unique, douce et mystérieuse. C'est l'histoire d'un spécialiste des mushis qui arpente la campagne en aidant ceux qui ont des problèmes avec ces sortes d'esprits. Mais le problème, c'est qu'à parler de mushis tout le temps, à les voir partout et dans des trucs vraiment à la noix, ça lasse. Dommage. Vraiment dommage.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale.

Muv-luv alternative: Total eclipse

total.jpg eclipse.jpg

Muv-luv alternative est sans doute l’une des plus grosses déceptions qu’il m’ait été donné de voir, et certainement la plus grosse de l’année 2012. Les deux premiers épisodes sont tout simplement magistraux. On observe l’avancée inexorable des aliens en train de conquérir la planète, et la façon dont une équipe de bleu-bites qui se fait surprendre se fait décimer. La réalisation est horriblement glauque et le second épisode se termine par une touche savoureuse. Et puis plof. La suite se passe sur une base d’entraînement dans une configuration harem. Je me suis demandé un moment si c’était bien la même série, mais oui.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

No. 6

number.jpg six.jpg

Premier épisode : tiens, une histoire d’amitié entre deux garçons dans un univers futuriste. Deuxième épisode : oh là là mais c’est une monstrueuse dictature fasciste ! Pendant plusieurs épisodes on se prend à espérer que la série soit géniale, pleine de complots et de maladies dégueulasses. Sauf que voilà, la série sombre dans les poncifs vus et revus du genre, en les saupoudrant de shonen ai et de jolis graphismes. Sur la fin, cela devient franchement ridicule et pathétique.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Nuku nuku

Comment prendre des poncifs et de bonnes idées, et les massacrer, voici le défi relevé avec brio par cet animé absolument et ultimement à chier. Aucun, je dis bien aucun, intérêt dans ce personnage d'androïde-chat bourrin auquel on a voulu coller tous les défauts classiques des anti-héroïnes. Par contre, énormément de potentiel du côté des méchants et de leurs machinations rocambolesques pour faire des machines à laver plus efficaces. Potentiel massacré méthodiquement à la Gatling pour l'amener plus bas que terre (6 pieds, précisément).

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale.

Oda Nobuna no yabô

oda.jpg nobuna.jpg

Cela devient un univers classique : celui dans lequel des héros du passé sont remplacés par des femmes. Cette fois-ci, ils s’agit de l’ère Sengoku, et elles servent de prétexte à une intrigue de type harem, un adolescent se trouvant catapulté là depuis le Japon moderne. Le pitch de base tient la route quelques épisodes, mais l’absence de personnalité des personnages et les incohérences de l’intrigue font s’arrêter là l’intérêt de la chose.

  • Chute : {*} {*} {o} Tokyo tower

Ookami kakushi

ookami.jpg kakushi.jpg

Une ville un peu paumée, connue pour ses fruits un peu particuliers. Ses conflits larvés entre habitants de l’ancienne ville et ceux de la nouvelle ville en béton. Ses légendes spécifiques, ses monstres, son festival aux origines bizarres. Ses meurtres. Bref, une histoire qui aurait pu être sympa. Aurait pu, si ce n’est qu’il s’agit en fait d’un infect plagiat de Higurashi. Un plagiat bien en-dessous de l’original, comme il se doit.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Orphen, le sorcier noir

orphen1.jpg orphen2.jpg

Peu après Slayers, J.C. Staff a voulu remettre ça avec un animé se reposant sur les mêmes ingrédients : un monde médiéval-fantastique, un grosbillisme démesuré, des personnages enlevés et caricaturaux, de l’humour… Malheureusement la mayonnaise ne prend pas du tout et on se fait pas mal chier.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower

Penguin girl heart

C’est l’histoire d’une geekette fan de cosplay, qui acquiert des super pouvoirs correspondant à ses costumes. Trop banal bien sûr, trop prévisible, mais derrière toute cette lourdeur, ces répétitions sans comique, on sent un certain nombre de pointes d’humour qui auraient pu donner quelque chose avec un meilleur sujet. Nettement insuffisant pour regarder.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle

Rozen maiden

Y'a pas, c'est beau. Un geek ultime, limite autiste, qui ne sort jamais de sa chambre, met la main sur une magnifique poupée de porcelaine, genre poupée de Dresde, et celle-ci s'avère vivante et semble considérer qu'il est son esclave. Du coup vraiment, c'est beau. En même temps, c'est super chiant. Du Bee train, quoi.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower.

Seikimatsu occult gakuin

occult.jpg gakuin.jpg

Une étrange partie de ping-pong entre un boulet envoyé dans le passé pour empêcher une prophécie de se réaliser, et une psychorigide violente qui veut résoudre l’énigme afférente. Les personnages sont hauts en couleurs, l’histoire est complexe et fournie en rebondissements d’un fort beau gabarit (en particulier la fin est sympathique) mais d’un autre côté on s’ennuie ferme pendant les 3/4 des épisodes, et le tout paraît bien longuet. Dommage.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Shiki

shiki1.jpg shiki2.jpg

Un village perdu au fond des montagnes. Une maladie mystérieuse commence à décimer la population, tout en ne laissant aucune place à l’ambiguïté pour le spectateur : il y a de méchants vampiiiiiires. Je dois dire que si l’ambiance est assez réussie, en particulier au niveau de la frontière floue entre les hallucinations des gens et la réalité, cet animé est fondamentalement chiant. C’est gentil de vouloir copier Higurashi mais n’a pas autant de talent qui veut.

  •   Chute : {*} {*} {o} Sears tower

Shining hearts: shiawase no pan

shining.jpg hearts.jpg

Un jeune boulanger, idole des autres jeunes, apporte de belles miches à des elfes qui en ont aussi (de belles miches). Sur le principe c’est très mignon, et les graphismes sont très réussis. Mais très vite, c’est chiant comme la mort et surtout totalement incohérent. Que ce soit la structure de la société, le lien avec la forêt, ou la raison pour laquelle les protagonistes font des choses ensemble, tout est incohérent et sans intérêt aucun.

  • Chute : {*} {*} {o} Tokyo sky tree

Shinrei tantei Yakumo

shinrei.jpg yakumo.jpg

Malgré un dessin assez réussi (la patte du studio Bee train), ce scénario d’enquêtes sur des phénomènes paranormaux est très convenu, et surtout les personnages le sont encore plus. Le personnage masculin principal, en particulier, est un monstrueux assortiment de clichés dans le registre « mystérieux mais sympa au fond ».

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle

Shukufuku no Campanella

campa.jpg nella.jpg

Il faut le dire, c’est très joli, Shukufuku no Campanella. Bon, ce serait mieux s’il y avait quelque chose dedans. Je ne sais pas moi, un scénario par exemple. Mais non, on part dans un groupe d’aventuriers en configuration harem. Encore une fois le med-fan est le parent pauvre.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle

Special A

sa1.jpg sa2.jpg

Dans une classe ultra-élitiste pour ultra-doués super riches, l’héroïne est à la poursuite de son ami d’enfance pas-petit-ami-mais-presque qui la surclasse toujours en tout. Là où ça devient exaspérant, c’est que tout est prétexte à défi ; mais surtout, les personnages ont des points intéressants qui ne sont, comme souvent hélas dans ce genre de productions, pas du tout exploités.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle

Spice & wolf

spice1.jpg spice2.jpg

Dans un monde médiéval, un marchand ambulant fait la rencontre d’une mignonne petite femme-louve (avec la queue et les oreilles pour le fan service). Malgré l’originalité du scénario et l’astuce des personnages au début, c’est foncièrement chiant et pas assez remue-méninges.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower

Thermæ Romæ

thermae.jpg romae.jpg

Le propriétaire d’une maison de bains dans la Rome antique se retrouve pris dans un vortex temporel qui lui permet de visiter une maison de bains du Japon moderne. Il s’en inspire pour améliorer ses thermes. Rigolo sur le principe, mais avec une réalisation et des graphismes vraiment cheap. L’humour, parfois agréable, devient vite lourdingue et très prévisible.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle

Tokyo magnitude 8.0

tokyo.jpg mag8.jpg

Un animé catastrophe sur le sujet classique (mais pas tant traité que ça finalement) du grand séisme qui détruit Tokyo. Problème, la seule ficelle qui peut rendre le truc intéressant est que sur tout le trajet suivi par nos héros, il y a des trucs qui s’effondrent au fur et à mesure, limite ils attendent que les gens passent par là pour tomber. Et surtout, niveau réalisation et décors, ça ne fait pas le poids plus de 3 secondes face au superbe Spirit of the Sun.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle

Toshokan senso

toshokan.jpg senso.jpg

Cette guerre des bouquins conte, dans un futur un peu abracadabrant, la lutte armée entre un organisme de censure, qui semble ne viser qu’à de plus spectaculaires autodafés, et des bibliothécaires qui protègent les livres envers et contre tout, en faisant rempart de leur corps s’il le faut. Creuser dans cet univers, et le rendre un peu plus crédible, aurait pu donner quelque chose de très intéressant, surtout en ces temps où la censure pointe à nouveau le bout de son nez. Mais non, on s’enferre dans des relations mièvres et très classiques entre des personnages pas très innovants non plus. Beaucoup d’ennui en perpective.

kakumei.jpg tsubasa.jpg

Un film Toshokan senso: Kakumei no tsubasa vient un peu relever le niveau, mais bien tard car il faut avoir vu la série pour y comprendre quelque chose.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower

Ultraviolet : code 044

ultra.jpg violet.jpg

Les tribulations d’une fille glauque formée à tuer depuis l’âge de 14 ans, et qui pourrait bien trouver un sens à sa vie alors que sa date limite d’utilisation approche à grands pas. En soi, ce n’est pas une mauvaise idée, il y a un bon potentiel glauque dedans, et puis c’est bien bourrin comme il faut, mais il ne se passe foncièrement rien d’intéressant, sans oublier que l’héroïne est complètement conne, insipide et inexpressive. Remarquez, pour une représentation de Milla Jovovich, elle ne s’en sort pas si mal.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle.

Valkyria chronicles

valkyria.jpg chronicles.jpg

Pour une fois qu’une adaptation de jeu vidéo n’est pas trop pesante au niveau de son héritage, on s’attend presque à la suivre de manière enthousiaste. Cependant l’intérêt tactique et humain de cette série de guerre dans une ambiance 14—18 ne suffit pas quand la cohérence cède le pas à la nécessité de voir le petit groupe de personnages réussir à s’en sortir envers et contre tout.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle

Vampire knight

vampire.jpg knight.jpg

C’est en voulant rédiger cette critique que j’ai eu une révélation. Cette humaine qui regarde les vampires, qui voudrait coucher avec, ou non, ou se faire mordre, ou non, ou si, ou non, ou alors en se regardant d’un air glauque parce qu’il arrive des trucs glauques mais que surtout il est vachement beau, et puis lui aussi, oh là là, mais lequel est le plus sombre et le plus mystérieux, je vais défaillir… bref. En fait, c’est Twilight. AAAAAAAAAAAAAAAAAAAGGGGGGGGHHHHH.

  Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

Le violoniste d’Hamelin

violoniste.jpg hamelin.jpg

Pour une fois que pour de l’Heroic-fantasy on nous sert autre chose que les sempiternels poncifs ; pour une fois que les pouvoirs sont un peu originaux ; pour une fois qu’il y a un peu de scénario ; pour tout ça, j’avais quelque espoir dans cette série. Mais il faut rester réaliste : c’est très lent, voire chiant, et les personnages manquent cruellement de profondeur.

  • Chute : {*} {o} {o} Échelle

Witch hunter Robin

Ça part d'une bonne idée, le personnage central a l'air complexe et bien bourrin, mais bon... quand après 4 épisodes il ne s'est rien, je dis bien rien, passé, on passe à autre chose.

  Chute : {*} {o} {o} Échelle.

Wolf’s rain

wolf1.jpg wolf2.jpg

Dans un monde post-apocalyptique bien sinistre, voilà deux siècles que les derniers loups ont disparu. Mais la Lune, elle, brille toujours. Et s’il en restait, des loups, bien cachés au milieu des humains ? Et si eux savaient encore où il est, le paradis ? Bon, évidemment qu’il en reste, des loups, d’ailleurs il y a aussi une fleur, et vous avez intérêt à être patient si vous voulez savoir comment va avancer cet animé contemplatif et… comment dire… ah oui, voilà : chiant. Ceci malgré une réussite certaine au niveau du graphisme et de l’ambiance.

  • Chute : {*} {*} {o} Sears tower.

Yumekui Merry

yumekui.jpg merry.jpg

Sur le principe, je suis totalement fan de l’univers génial de Yumekui Merry. Le monde des rêves dispose de sa propre cohérence, et certains humains semblent avoir des rêves un peu trop récurrents pour être honnêtes. Ce que les créatures des rêves veulent par dessus tout, en effet, c’est rejoindre la réalité. Ce qui semble bien être arrivé à Merry, même si elle est amnésique. De cette idée géniale, il n’est quasiment rien fait d’intéressant. L’intrigue se focalise sur des personnages secondaires sans intérêt, expédiée en un nombre très restreint d’épisodes. Dommage, très dommage car on avait là le potentiel pour une grande œuvre.

  • Chute : {*} {*} {*} Station orbitale

.hack//LIMINALITY

Les OAV qui se passent en parallèle de .hack//SIGN. La musique est tout aussi excellente, mais l'histoire est tellement creuse que je n'ai même pas tenu jusqu'à la fin. Mon conseil : récupérez juste les musiques, elles valent largement le coup.

  Chute : {*} {o} {o} Échelle.

.hack//ROOTS

C'est beau, tournant au splendide. Les musiques pètent leur mère. Il ne se passe rien. Dans la plus pure veine de .hack//SIGN, mais quand on en a déjà vu un, inutile de se taper la tête contre le mur avec l'autre. Et puis quand même, les musiques d'Ali project c'est bien, mais pas comparable à Yuki Kajiura.

  Chute : {*} {o} {o} Échelle.

Ratages (dernière édition le 2010-08-18 18:33:05 par localhost)

Edit and actions menu

  • Page immuable
  • Commentaires
  • Informations
  • Pièces jointes