Légende des notations

AKB0048

akb.jpg 0048.jpg

Le concept de produit dérivé est obsolète, et ça les Japonais l’ont bien compris. Au final, tout peut être produit dérivé de tout. Ainsi, quand on intègre des stars de la J-pop dans une série futuriste où les chanteuses protègent la liberté et les rêves du peuple opprimé par la société productiviste anti-loisirs, l’animé est-il le produit dérivé de sa propre musique ? Quid des vêtements et des poupées ? L’autre chose que les Japonais ont bien compris, c’est que pour vendre des produits dérivés, il ne faut pas sacrifier la qualité. Et c’est ainsi qu’en guise de promotion pour le célèbre groupe AKB48, on obtient un animé de très bonne facture, avec un vrai scénario, des graphismes très mignons, des personnages avec une vraie personnalité, et (encore heureux) de la bonne musique pour peu qu’on apprécie le genre. Bref, c’est à la fois atterrant et génial.

Univers : space opera fasciste avec des magical girls.

  • Glauque : ** Mignon : ****
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre : ** Délirant : *
    Malsain :  Parano : *

  Recommandé pour : les cœurs dans les reflets des granzyeux en gros plan.

Ah! my goddess (film)

amg1.jpg amg2.jpg

Censé se passer à la suite des OAV, le film se place de manière un peu intemporelle dans l’histoire. C’est l’occasion d’un bon intermède aux relents glauques et au bourrinisme affiché. L’ambiance est donc nettement moins bisounours, mais pour autant on retrouve complètement l’esprit des personnages, avec qui plus est un dessin magnifique qui plonge instantanément dans la magie des déesses.

Univers : contemporain.

  • Glauque : *** Mignon : ***
    Bourrin : *** Fumé : *
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : *

  Recommandé pour : montrer que Belldandy aussi sait être glauque.

Ah! my goddess OAV

  Attention, fuyez la série sortie plus récemment. Les OAV, c'est autre chose. On regrette surtout qu'il y ait si peu d'épisodes. L'ambiance mignonne tout plein et poétique de ces excellents mangas se retrouvent parfaitement, avec toutefois une lenteur certes dommageable, mais qui au moins contribue à enrichir le rose. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit de l'histoire de Keiichi, étudiant un peu paumé et amateur de belles motos, et de Belldandy, une déesse venue vivre avec lui en vertu d'un vœu qui lui a été accordé sans qu'il comprenne trop pourquoi. Les deux sœurs de Belldandy viennent aussi squatter chez lui, et l'ensemble tourne autour de quelques personnages sans qu'il y ait vraiment de méchants, juste des quiprocos, des blagues récurrentes et des trucs mignons. Slurp.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain :  Parano : *

Recommandé pour : ceux qui voudraient savoir la fin des mangas... ou pas ?

Arete hime

arete.jpg hime.jpg

Ce film est avant tout l'histoire d'une chieuse. Une princesse chieuse que son père, au désespoir d'arriver à la marier, enferme dans une tour. Une chieuse qui fait le mur toutes les nuit pour farfouiller de ci de là. Une chieuse qui éconduit ses prétendants de manière odieuse quoique méritée. Une chieuse qui, finalement, se fait enlever par un sorcier qui lui lave le cerveau car il avait besoin d'épouser une princesse. Et là, il lui faut le temps, mais elle transcende le concept de chieuse primale. On en viendrait presque à plaindre le méchant.

Univers : médiéval-fantastique.

  • Glauque : ** Mignon : ***
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : *

  Recommandé pour : ma femme (je sens que je vais me faire taper, pour celle-là).

Arrietty, le petit monde des chapardeurs

arietty.jpg borrowers.jpg

  Chez Ghibli, on nous promet monts et merveilles. Pour les merveilles, la promesse est souvent tenue. Typiquement pour Arrietty, un magnifique conte où des humains miniatures vivent cachés dans les maisons, au crochet de leurs hôtes à qui ils « empruntent » de quoi vivre. Le côté Gulliver de la maison qui paraît immense est assez rigolo, et l’histoire est mignonne à souhait, bien que pas super originale. L’image et la bande son sont, comme il se doit, au top : c’est fait par les meilleurs, aucun doute.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : *

Recommandé pour : le p’tiot que tu as enfermé en toi, bâillonné, ligoté.

Asagiri no miko

Une histoire bien classique de magical girls, euh pardon, de prêtresses qui protègent le lycée contre les méchants monstres qui en veulent à l'ami d'enfance de l'une d'elles. L'histoire comporte néanmoins quelques rebondissements bien sympathiques, et les pouvoirs sont un minimum fouillés.

Univers : magical girls.

  • Glauque : ** Mignon : ***
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les prêtresses à vélo.

Aucune chance que ma sœur soit si mignonne

ore.jpg imoto.jpg

Imaginez un peu. Vous êtes un ado, sans trop de problèmes. Enfin si, un problème : une petite sœur. De base, c’est casse-pieds une petite sœur. Alors imaginez en plus si c’est ZE star du lycée, superficielle et avec ses copines pouffes. L’horreur quoi. Alors que faites-vous si elle laisse traîner un jeu vidéo porno ? Vous la couvrez ?

Non seulement c’est joliment dessiné, mais c’est super mignon, les personnages sont attachants, et s’il y a un petit côté pervers il y a aussi beaucoup de relations humaines et de geeks.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : *** Parano : *

  Recommandé pour : les grands frères, évidemment.

Azumanga daioh

Je pense que l’on peut considérer Azumanga daioh comme une sorte de précurseur à Lucky ☆ star, et il est fort vraisemblable qu’il l’ait inspiré, même s’il est loin de lui arriver à la cheville. Même format de mini-histoires, mêmes types de personnages, mêmes conversations geeks, même trame temporelle… Le résultat est assez rigolo mais il lui manque le petit quelque chose que son successeur a su trouver. Cela ne l’empêche pas, bien entendu, d’être une référence pour geeks, plein de gags récurrents hilarants et de scènes cultes.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : ***
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : * Parano : 

  Recommandé pour : toutes sortes de chats.

CLAMP school detectives

Le bureau des élèves de la section primaire de l'académie CLAMP fonde une équipe de détectives. Leur but ? Aider les femmes dans le besoin. TOUTES les femmes. Qu'elles soient de leur fan club à la maternelle ou à la retraite. Le personnage principal, véritable surdoué, l'une des plus grandes fortunes du Japon malgré son très jeune âge, voit ses compétences déjà fort appréciables être carrément décuplées dès qu'il est question de femmes. Le summum du play-boy, avec de grands yeux qui font bling bling et sur fond de hurlements hystériques de filles. Plus rose que rose, c'est rose CLAMP.

Univers : lycée.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : ***

Recommandé pour : les femmes. Toutes les femmes. Ou pour réveiller la femme qui est en vous face à ce super-héros de la galanterie.

Cosmic baton girl Comet-san

  Sorte de resucée de Gigi, avec une princesse des étoiles qui débarque sur Terre pour faire de la magie mignonne à tour de bras. Ce n'est pas très réussi graphiquement, mais le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est mignon tout plein. Trop mignon. J'ai atteint l'indigestion de rose.

Univers : magical girl.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin : ** Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les enfants, mais pas trop grands. Et impossible de les accompagner sur ce coup.

Un drôle de père

usagi.jpg drop.jpg

Consternation à l’enterrement du grand-père : il a laissé une fille illégitime de 5 ans derrière lui, dont la mère ne veut pas s’occuper. Une bonne famille ne sachant s’encombrer d’une pareille honte, personne ne veut évidemment l’accueillir. C’est donc le petit-fils, fraîchement entré dans la vie active, qui va prendre en charge celle qui n’est autre que sa demi-tante. L’occasion de voir à quel point élever un enfant peut être cauchemardesque en général, et plus horrible encore à Tokyo en particulier, au milieu de nombreux moments de mignonnitude totale.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque : * Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : ceux qui veulent des enfants, qu’ils y réfléchissent à deux fois.

Fancy Lala

  Dure tâche que de parler de Fancy Lala. Cet animé ne se raconte pas, il se vit. Bon, essayons quand même d'imaginer. Une petite fille reçoit des pouvoirs magiques, en particulier un crayon qui lui permet de matérialiser les vêtements qu'elle dessine. Elle peut donc devenir... la grande Fancy Lala, qui entame une carrière de mannequin et de chanteuse ! D'où double vie, quiprocos, incompréhensions, drague par de jeunes premiers ignorant qu'ils ont deux fois son âge, et bien sûr, foutage de gueule. Grandiose.

Univers : magical girl.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin : * Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : baver.

Fleurs bleues

aoi.jpg hana.jpg

  S’il fallait résumer Aoi hana, je dirais que ça se situe dans une ambiance à la Marimite en plus sérieux, moins tarte et surtout beaucoup moins caricatural. Pour l’histoire il faut chercher du côté des grands classiques de triangles (voire quadrilatères) amoureux, avec juste des filles. Deux amies d’enfance qui se retrouvent, un simple prétexte pour présenter une tranche de vie de jeunes filles avec tous les questionnements qui les accompagnent. Mignon, romantique (même pour ceux qui n’apprécient pas le shôjo ai) et surtout crédible. Ça nous change des séries précieuses et remplies de “onee-sama” à tout bout de champ.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque :  Mignon : ***
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les romantiques de tous bords.

Fruits basket

La jeune orpheline Tôru habite dans une tente dans la forêt, faute d'argent pour vivre mieux. Remarquant cela, un de ses camarades qui habite dans une grande maison peuplée uniquement d'hommes lui propose un marché : hébergement contre tâches domestiques. Bien que le concept soit assez fondamentalement sexiste, il est surtout un prétexte pour prendre à revers le classique harem qu'on rencontre fréquemment, pour voir une pléthore de beaux garçons, souvent symbolisés par des animaux du zodiaque chinois, tourner autour de l'héroïne. Le tout avec une absence totale de crédibilité et un humour omniprésent.

Univers : lycée.

  • Glauque : * Mignon : ***
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain :  Parano : 

  Recommandé pour : les filles. Elles adorent toutes.

Full Moon o sagashite

    Dans l'esprit, ça pourrait ressembler à Fancy Lala, en un peu moins gai : la petite fille brimée par sa grand-mère et dont le rêve est de devenir chanteuse. Ça, c'est jusqu'à ce qu'on entende le mot « tumeur » dans le premier épisode. Du coup, c'est très rose, avec un potentiel glauque présent dès le début et qui va crescendo, surtout vers la fin. Le scénario n'introduit pas trop de personnages et parvient tout de même à tenir 52 épisodes. Les relations entre lesdits personnages sont très travaillées, et atteignent un pic de malsain fort appréciable. Qui plus est, la musique n'est pas mal du tout.

Univers : magical girl.

  • Glauque : **** Mignon : ****
    Bourrin : * Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain : *** Parano : 

   Recommandé pour : ceux qui se demandent d'où viennent toutes ces plumes.

Gakuen Alice

gakuen.jpg alice.jpg

Pouvez-vous imaginer le Collège fou fou fou, mais dans une ambiance du type Alice au pays des merveilles ? Difficile exercice de style, mais cette série le réussit brillamment. Attention, ça part assez loin dans le délire. Imaginez une classe entière d'élèves aux pouvoirs tous aussi stupides qu'inutiles, et l'enseignement dans les banlieues parisiennes vous paraîtra une gentille partie de plaisir. C'est sûrement pour ça que les seuls professeurs qui restent sont probablement les pires ratés des anciens élèves. Le glauque n'est pas en reste, car les élèves n'ont pas le droit de sortir de l'académie : le monde extérieur n'a pas vraiment besoin de connaître leur existence. C'est aussi sans compter le glauque inhérent à certains pouvoirs ou à la façon de les utiliser.

Univers : lycée.

  • Glauque : ** Mignon : ****
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : *** Parano : *

  Recommandé pour : les petites filles qui rêvent de devenir magical girls.

Ginban kaleidoscope

ginban1.jpg ginban2.jpg

C’est l’histoire d’une patineuse artistique de talent, avec bien entendu l’orgueil qui sied à celles de son rang, se faisant surnommer “la fille qui valait 3 milliards”. Lors d’une compétition au Canada, elle se fait posséder par le fantôme d’un pilote acrobatique qui vient de s’écraser (car il n’y avait plus de place au Paradis). Les deux sujets (le sport et l’interaction entre les deux personnages) sont traités de manière classique sans pour autant trop sombrer dans les clichés, et l’animé sait surprendre sans sombrer dans le n’importe quoi. Vraiment mignon.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : ***
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain : * Parano : 

  Recommandé pour : faire rêver les jeunes filles.

Girl meets girl

  Résumé court : soap opera extraterrestre lesbien. Résumé plus long : bien que les filles lui tournent autour, Hazumu est un garçon pas très viril. Cependant, suite à un accident de vaisseau spatial, il est ressuscité sous forme de fille. Oui, c'est du JC Staff. Cette transformation lui laisse enfin l'opportunité de faire les choses qu'il/elle aime sans en avoir honte. Et donne l'opportunité à tout son entourage d'en profiter. Mignon, pervers, et très bien tourné.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin : * Fumé : *
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain : *** Parano : 

  Recommandé pour : les pervers esthètes.

Hoshizora kiseki

Malgré tous les efforts des douaniers, on trouve toujours de la bonne drogue au Japon. Une nouvelle preuve en est cet OAV bien mystérieux. C'est l'histoire d'une rencontre entre une passionnée d'astronomie qui se balade à vélo car elle sait qu'il va se passer et un garçon en combinaison spatiale. C'est interdit d'y aller, mais on ne l'arrête pas comme ça.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : *
    Bourrin :  Fumé : ****
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : **

Recommandé pour : les astronomes en culotte courte.

Host club

host.jpg club.jpg

  Le lycée Ouran est réservé aux plus fortunés. Enfin, il y a aussi un élève boursier, qui joue les prolétaires au milieu de tous ces salauds de bourgeois. C'est un peu la lutte des classes dans l'académie CLAMP, quoi. Ah, et pourquoi host club ? C'est qu'il y a un cercle d'hôtes dans ce lycée, un groupe de beaux jeunes hommes riches et oisifs, dont le principal loisir est de divertir par leur charmante conversation des jeunes filles tout aussi riches et oisives. L’ambiance harem de jeunes hommes est certes faite pour les jeunes filles en fleur, mais c’est surtout l’humour décapant et omniprésent qui fait tout le charme de cet animé. Les personnages, caricaturaux au possible, parviennent à être à la fois attachants et inquiétants.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin : * Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain : * Parano : 

  Recommandé pour : les boursicoteurs.

Ichigo mashimaro

  Comment faire émerger quelque chose du néant : on prend un animé assez moche et dans lequel il ne se passe rien, et on y ajoute des personnages hyper attachants et mignons, qui ne font rien mais de manière mignonne, et voilà, il en sort une série inoubliable avec énormément de personnalité. Ces cinq pestes sont absolument hilarantes du début à la fin, et leur relation avec la grande sœur est tout simplement fabuleuse.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin :  Fumé : **
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain : ** Parano : 

  Recommandé pour : les grandes sœurs.

Attention, il existe deux séries d’OAV qui viennent à la suite, et force est de constater que l'ambiance n'est pas du tout au rendez-vous. Passez votre chemin, ce n'est pas drôle.

Iriya no sora, UFO no natsu

Littéralement : « Le ciel d'Iriya, l'été des OVNI ». Le début de l'histoire est d'une banalité à faire peur : un héros avec une passion bizarre (pour les OVNI) entre au lycée, et y rencontre une jeune fille lunatique, bizarre et ultra-timide qui pour une raison mystérieuse s'attache à lui. Seulement voilà, et c'est là que ça devient intéressant : le lycée est voisin d'une base militaire. Déjà, cela apporte un jour nouveau à la propagation des ragots, ceux des militaires venant s'ajouter à ceux des lycéens dans une boucle infernale. Bien sûr, quand les services secrets se mêlent de la partie, on approche de l'apothéose, et la série devient de plus en plus bizarre, jusqu'à une fin qui a manqué de me faire m'étrangler.

Univers : contemporain.

  • Glauque : ** Mignon : **
    Bourrin : * Fumé : ***
    Crade :  Pervers : 
    Sombre : ** Délirant : *
    Malsain : * Parano : ***

  Recommandé pour : ceux qui ont toujours voulu sortir avec une magical girl.

Itsudatte my santa

my.jpg santa.jpg

Une nouvelle preuve, s'il en fallait, que Ken Akamatsu est véritablement fou à lier. Et moi qui pensais qu'il n'était pas possible de faire un animé où l'action s'enchaîne plus vite que dans Cutie Honey. Me voilà contredit de manière fort rose ; l'intrigue, qui certes ne vole pas plus haut que le bout des nichons, se déroule à une vitesse absolument hallucinante. Tout s'enchaîne d'un plan à l'autre, et chaque scène est un nouveau rebondissement (sur le nichon, toujours). C'est l'histoire (rôôôôôôôôse) d'un jeune homme qui rencontre le père Noël, celui qui apporte la joie et l'amour à tous les enfants de la Terre (sic.). Bien évidemment le père Noël est une jeune et belle blonde plantureuse, et une histoire (rôôôôôôôôse) se noue.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin : * Fumé : ***
    Crade :  Pervers : ****
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : * Parano : 

  Recommandé pour : être décoiffé par du rose.

J’aime ma sœur

imoto1.jpg imoto2.jpg

C’est l’histoire d’un frère et d’une sœur. Des jumeaux, même. Comme peuvent l’être des jumeaux, ils sont proches. Très proches. Et il y en a un qui aimerait qu’ils soient encore plus proches. Si on omet ce côté incestueux, il s’agit d’une histoire d’amour somme toute classique et bien mignonne, et surtout pas trop nunuche. Une histoire comme on les aime, romantique et émouvante.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque : *** Mignon : ***
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain : ** Parano : 

  Recommandé pour : euh non, pas ma sœur, ça ira.

K-On!

k.jpg on.jpg

 

Quatre lycéennes en manque d’occupation forment un groupe de musique pop ; pardon, c’est un club de leur lycée… où on passe plus de temps à boire du thé et manger des pâtisseries qu’à jouer de la musique, mais qu’importe. Et voilà, j’ai fini la description. Parce qu’en plus vous voudriez qu’il se passe des trucs ? Mais pour quoi faire ? Prenez juste des personnages caricaturaux, des situations à la noix et des gags débiles, et c’est tout simplement suprêmement mignon et hilarant de bout en bout. Inutile d’en ajouter, c’est ce qu’il suffisait pour que tout Akihabara soit repeint aux couleurs (et surtout à la musique) de cette production complètement déjantée du studio Kyôto.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain :  Parano : 

    Recommandé pour : les grands enfants qui sommeillent en nous.

Kaichou wa maid-sama

maid.jpg sama.jpg

Misaki, l’une des rares filles dans un lycée majoritairement masculin, est l’indomptable et irascible présidente du conseil des élèves. Élève modèle, meilleure que tout le monde en tout, elle traque impitoyablement les dégoûtants, les goujats, les malodorants, ceux qui font pleurer les filles, bref, tous ceux qui empêchent de faire de cet endroit un paradis. Mais voilà, Misaki a un terrible secret : elle est pauvre. Et pour faire subsister sa famille, elle travaille dans un maid café. Comment, comment conserver son image si ce secret venait à être découvert ? Bon bien sûr, c’est un peu convenu, et c’est surtout un gros prétexte pour une histoire d’amour assez sympathique et pas mal d’humour.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin :  Fumé : *
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : ** Parano : *

Recommandé pour : les jeunes filles délicates en fleur.

Kami-chama Karin

  Souvent, les magical girls invoquent le pouvoir de tel ou tel élément, dieu, astre ou autre puissance de l'au-delà. Qu'elles sont faibles. Voilà une incantation qui a de la gueule : I am god !. Tout ça pour devenir des incarnations ultra-mignonnes des dieux grecs. Voilà pour le look. Pour ce qui est de l’histoire, c’est là aussi très classique et mignon, mais avec de vrais morceaux de glauque dedans et un foutage de gueule cosmique récurrent à base de manipulations temporelles et de recherches pas très saines. Un premier bémol, c’est très lent tout ça ; la première saison se finit avec une très petite partie des explications. Et puis la réalisation est un peu faite à l’arrache, avec pas loin de la moitié des scènes en déformé.

Univers : contemporain fantastique.

  • Glauque : ** Mignon : *****
    Bourrin : *** Fumé : **
    Crade :  Pervers : *
    Sombre : * Délirant : *
    Malsain : * Parano : ****

Recommandé pour : les petits, mais aussi les grands qui aiment encore Sailor Moon.

Kamikaze kaitou Jeanne

Maron est la réincarnation de Jeanne d'Arc. Elle se transforme donc en magical girl pour aller voler des tableaux dans lesquels sont dissimulés des démons qui veulent détruire le monde. On reconnaît bien là le style de celle qui plus tard écrira Full Moon : c'est rose, c'est blonde, ça vire rapidement sur le glauque, et on accorde une mention spéciale pour l'ange stagiaire qui pratique le chantage affectif. Contrairement à Full Moon, l'animé perd pas mal sur le manga par sa répétitivité, mais il y gagne un peu sur des effets de répétition (en particulier avec les masques ridicules en latex), bref c'est bien distrayant.

Univers : contemporain.

  • Glauque : *** Mignon : ****
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : ** Parano : *

Recommandé pour : les Cat's eyes, pour leur apprendre à s'habiller.

Kiki's delivery service

Non, je me refuse à parler du ridicule titre français de ce classique du studio Ghibli. C'est une histoire particulièrement mignonne, celle d'une petite sorcière qui pour obtenir son diplôme, doit vivre de ses talents loin de sa famille pendant quelque temps. Comme elle n'a pas tant de talents que ça, elle se lance dans un service de livraisons express en balai. Dans la droite ligne de Mon voisin Totoro, il n'y a pas de méchants, juste une histoire sympathique et des personnages attachants.

Univers : contemporain fantastique.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin : * Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : 

  Recommandé pour : les enfants, petits et grands.

Magic knights Rayearth

  Avant toute chose, fuyez les trois OAV, nommés Rayearth. Par contre, si vous mettez la main sur la série, vous pouvez foncer. Celle-ci commence comme un shonen des plus classiques, les trois héroïnes, téléportées dans un univers parallèle, devenant de plus en plus bourrines et faisant face à des ennemis de plus en plus méchants au fur et à mesure de leur quête pour libérer la princesse. On est bien loin des productions habituelles de CLAMP, mais rassurez-vous, la suite retombe rapidement dans leurs travers habituels, la seconde saison nous plongeant dans une ambiance vraiment glauque.

Univers : heroic-fantasy.

  • Glauque : **** Mignon : ***
    Bourrin : *** Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre : * Délirant : **
    Malsain : *** Parano : *

  Recommandé pour : ceux qui pensent qu'il ne peut y avoir de CLAMP sans plumes.

Magical girl lyrical Nanoha

Recette : mélangez du sirop d'érable, du miel, du sirop de glucose pur, du caramel, de la confiture, et un peu de sucre. Agitez très fort, saupoudrez de sucre glace, ajoutez un peu de parfum à la rose, et vous aurez un aperçu (bien en deçà de la réalité) de Nanoha. Il est possible de faire une overdose de sucre rien qu'en regardant un épisode ! Effrayant. Une histoire de magical girls pleine de bons sentiments, dégoulinante de gentillesse, et avec un peu de foutage de gueule tout de même. On sent l'inspiration CLAMP avec quelques relations malsaines et un usage abusif des rubans et des plumes.

La deuxième saison, intitulée Magical girl lyrical Nanoha A's, est une énorme déception. La concentration de sucre a été drastiquement réduite, au profit de combats à deux francs six sous. Pas de quoi fouetter une chatte.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin : *** Fumé : 
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain : *** Parano : *

  Recommandé pour : tous, sauf les diabétiques.

Magical girl lyrical Nanoha, le film

nanoha.jpg movie.jpg

Une excellente adaptation de la série originale, qui vous passera même l’envie de la regarder. Le rose est toujours présent, mais sans overdose à présent, et l’intrigue est bien retranscrite dans son intégralité. En particulier la relation entre Fate et sa gentille maman est très bien rendue. Je ne peux pas m’empêcher de voir de l’inspiration CLAMP toujours présente, que ce soit par la double lecture des dialogues, les visuels chargés ou le foutage de gueule. Bref c’est clairement devenu un grand classique d’animé de magical girl, moderne, beau, et tordu comme il faut.

Univers : contemporain.

  • Glauque : ** Mignon : ****
    Bourrin : *** Fumé : 
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain : **** Parano : *

  Recommandé pour : tous les amateurs du genre.

Mahoraba

  À première vue, voici qui ressemble à une resucée de Love hina version JC Staff pour les couleurs de cheveux. C'est assez mignon, même l'héroïne pourtant atteinte d'un complexe de personnalités multiples. Hélas, trois fois hélas, l'animé sombre dans ce que je vais nommer « complexe du harem ». À savoir qu'à force de faire moult épisodes de remplissage sur les personnages secondaires, on en oublie l'histoire principale, et on se retrouve à la bâcler en deux épisodes à la fin. Dommage, il y avait de vrais bouts de glauque à creuser.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : ***
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : ** Parano : 

Recommandé pour : les amateurs d'umeboshi.

Mahô tsukai tai

maho.jpg tsukai.jpg

Littéralement, Le club de magie. L'histoire totalement mignonne et débile d'un club de magie et de sa lutte contre une cloche géante, puis contre d'autres trucs dont un club de mangas et sa présidente à la poitrine proéminente. Le tout au milieu d'un fatras d'intrigues amoureuses centrées sur un quadrilatère amoureux. Mignon, pervers, incompréhensible, mignon, décalé, et surtout mignon.

Univers : contemporain fantastique.

  • Glauque : * Mignon : *****
    Bourrin : *** Fumé : ****
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : **

  Recommandé pour : les cloches qui aiment voyager.

Mai mai miracle

mai.jpg miracle.jpg

Une tranche de vie pendant laquelle on suit les tribulations d’une petite fille dans son monde imaginaire, basé sur les légendes médiévales que lui raconte son grand-père. C’est aussi une tranche de vie centrée sur une mignonne histoire d’amitié. Assez joli graphiquement, pas ennuyeux pour deux sous malgré la légèreté du sujet et du scénario.

Univers : Japon des années 50, Japon médiéval.

  • Glauque : * Mignon : ***
    Bourrin : * Fumé : ***
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : un bon moment de relaxation.

Megane na kanojo

megane.jpg kanojo.jpg

4 histoires courtes sur des filles avec des lunettes. Vite regardé, sans prétention, et mignon tout plein. Évidemment, il ne faut pas aller chercher plus loin.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque :  Mignon : ***
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les fétichistes des lunettes, bien sûr.

Mokke

mokke1.jpg mokke2.jpg

  Deux sœurs légèrement extralucides, et fort sujettes à la possession par toutes sortes de monstres et fantômes, ne supportant plus la vie en ville, sont envoyées chez leur grand-père, un prêtre shinto qui va leur apprendre à gérer leur différence. La série n’est pas très enthousiasmante, mais le dessin est très réussi et surtout, on comprend beaucoup mieux après l’avoir vue la relation des Japonais au paranormal, qui est très, très différente de la nôtre, tant au niveau du fatalisme que de l’individualisme forcené qui caractérise ces superstitions.

Univers : contemporain.

  • Glauque : ** Mignon : ***
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : 
    Sombre : * Délirant : *
    Malsain :  Parano : *

  Recommandé pour : découvrir et comprendre le folklore nippon.

Mon voisin Totoro

  Voici le film le plus mignon. De loin. C'est vraiment le film où il n'y a pas de méchant, où tout le monde est gentil. Deux petites filles découvrent la présence dans leur voisinage de plusieurs créatures mignonnes tout plein malgré leur taille immense, qu'il s'agisse de l'énorme et flemmard Totoro ou du mythique chat-bus. Pour autant, on ne s'ennuie pas une seconde. Un film qu'il faut avoir vu.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin : * Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

  Recommandé pour : les enfants, tous les enfants, de tous âges.

Myself; yourself

myself.jpg yourself.jpg

Voici une histoire d’amour assez classique, contée clairement à la façon d’une tranche de vie. L’histoire démarre quand le personnage principal revient de la ville où il a passé quelques années pour revenir vivre, on ne sait trop pourquoi, seul dans la ville de son enfance. Et sa petite amoureuse est devenue une jeune femme bien jolie et bien farouche. Au final, beaucoup de passages qui ne servent pas du tout l’intrigue, mais c’est le genre qui veut ça.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque : ** Mignon : ***
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade : * Pervers : *
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : voir en animé les histoires, sordides ou mignonnes, qu’il doit aussi y avoir dans votre entourage.

La mélodie du ciel

sora.jpg oto.jpg

Décidément, grâce aux animés, tout est possible. Sora no oto, c’est un animé de guerre. Les personnages sont des militaires, en garnison dans un pays en guerre. Et alors, me direz-vous ? Et alors c’est totalement mignon. On suit la vie d’un poste frontière dans une région non menacée par la guerre, où l’on a placé là des filles à papa mignonnes, qui passent donc surtout leur temps à jouer de la musique militaire (mignonne) et à sympathiser avec la population. Uninamement salué par les amateurs de kawaii.

Univers : post-post-apocalyptique, technologie type 14-18.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin :  Fumé : *
    Crade : * Pervers : *
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain :  Parano : 

  Recommandé pour : la vision kitsch de la Suisse.

Naisho no Tsubomi

naisho.jpg tsubomi.jpg

Voici une idée totalement inattendue, je dois le reconnaître : un cours d’éducation sexuelle pour collégiennes, scénarisé en 3 OAV. On y aborde les questions habituelles, des relations avec les garçons jusqu’à comment on fait les bébés, le tout avec un vrai scénario totalement mignon. À garder sous le coude pour montrer à vos enfants quand ils seront en âge.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : *

  Recommandé pour : les pré-adolescentes.

Onegai teacher

onegai.jpg teacher.jpg

  Cette histoire un peu longuette est tout de même devenue un classique du genre. Ça commence par une contorsion scénaristique complètement improbable pour que le personnage principal, qui a le physique et le mental d’un adolescent de 15 ans, en ait légalement 18. On ajoute une prof extraterrestre tombée du ciel et amoureuse de lui, beaucoup de mièvre, on secoue très fort, et ma fois ça se regarde quand même. C’est sirupeux et mignon.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : ****
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain : *** Parano : 

Recommandé pour : ceux qui sont encore amoureux de leur professeur.

Otogi-jushi Akazukin

akazukin1.jpg akazukin2.jpg

La méchante reine Cendrillon et ses envoyés Hansel, Gretel et le chat botté, tentent de mettre la main sur la clé du pays magique. Les trois mousquetaires, à savoir le Petit chaperon rouge et son loup, Blanche-neige et la Belle au bois dormant vont bien sûr l’en empêcher grâce à leur super téléphone portable qui les transforme en magical girls. Ouf, voilà pour le résumé. Oui, c’est rudement rose. Le reste est à l’avenant.

Univers : contemporain/féérique.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : *

Recommandé pour : une crise de kawaii.

Petopeto-san

  Encore une histoire mignonne pour le seul plaisir d'être mignonne. Ça se passe dans un monde alternatif dans lequel les humains côtoient des monstres gentils. Un qui cache son visage inexistant sous un masque, une pas tout-à-fait réelles, des kappas, une muette qui parle avec des kanjis sur le front. Et surtout, l'héroïne, une « petopeto » qui fait « schlouic schlouic » quand elle marche, et qui se colle parfois aux gens qui la touchent, seule une bonne nuit de sommeil pouvant les détacher. Le tout est un peu fumeux et il ne se passe pas grand-chose, mais c'est mignon et pas prise de tête.

Univers : fantastique.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : les éponges.

Ponyo sur la falaise

ponyo.jpg falaise.jpg

  Ponyo, c’est le film qui marque le grand retour de Hayao Miyazaki en 2009. Le maître renoue avec ce qui a fait son succès dans Totoro : une histoire hyper mignonne, des personnages rondouillards et attachants, des décors magnifiques et hyper soignés, et une forme de féérie qui emporte complètement le spectateur dans un monde magique en suivant les enfants dans leur voyage. Ponyo, c’est un petit poisson, enfin peut-être plutôt une sorte de sirène, qui s’échappe de là où elle est prisonnière, pour venir faire connaissance avec un garçon sur la terre ferme. Tout simplement enchanteur.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin : **** Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : * Parano : 

  Recommandé pour : les grands enfants, les petits enfants, les petits adultes, etc.

Potemayo

pote.jpg mayo.jpg

  Potemayo est une créature un peu particulière, à la limite entre un chat, un enfant et un alien. Sortie d’on ne sait trop où, mais peu importe, elle possède une compétence unique et très développée : être mignonne. Idem pour Guchuko, sorte de maniaque de la faux très polie et affectueuse. Alors évidemment, il ne se passe pas grand-chose. Quelques triangles amoureux gentillets, quelques personnages un peu hauts en couleurs et eux aussi mignons, et on a vite fait de faire pas mal d’épisodes mignons dans une ambiance un peu cartoon, même si certains sont vraiment trop longs et répétitifs.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : ceux qui veulent damer le pion des autres à coups de lasers surpuissants.

Pretty Guardian Sailor Moon

  Pour n'avoir pas assez vu de la série originale, je ne m'étendrai pas dessus. En revanche, je vais de ce pas m'extasier sur cette nouvelle série, avec des acteurs. Enfin, surtout des actrices. C'est fabuleux. C'est extraordinaire. Figurez-vous qu'une ou deux d'entre elles ont même du talent. Le plus fort là-dedans, c'est qu'ils ont réussi, à mon sens, à en faire quelque chose de bien. Et ce, en commençant par ne pas se prendre au sérieux avec les effets spéciaux ridicules, un peu comme pour Buffy. Sans oublier qu'ils n'hésitent pas à mettre du glauque là où il faut, ce qui ne manque pas de décaler les choses un peu plus. Après 50 épisodes de 40 minutes, j'ai le cerveau totalement désintégré, mais ça valait le coup.

Univers : lycée.

  • Glauque : **** Mignon : ****
    Bourrin : ** Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain : * Parano : **

    Recommandé pour : l'auto-lavage de cerveau.

Pretty cure

Autant vous prévenir tout de suite que tout le monde n'appréciera pas, même si vous n'avez pas froid aux yeux. Laissez-moi vous présenter Honoka et Nagisa, les deux gourdes qui vont servir d'héroïnes. En passant une carte dans leur téléphone portable, elles peuvent, euh... devenir très fortes, et... avoir plein de pouvoirs, comme... être fortes, et... ah oui, balancer une grande spirale noire et blanche dans la chetron de leurs ennemis. Bien entendu, les ennemis sont encore plus stupides et n'ont aucune chance. Nos jeunes héroïnes vont donc pouvoir collectionner les petites pierres en forme de cœurs et sauver la planète. Très amusant au début car assez parodique, l'anime s'essoufle très vite. Une certaine forme de masochisme m'a néanmoins fait suivre toute une saison de la série.

Univers : lycée.

  • Glauque :  Mignon : ***
    Bourrin : ** Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : ceux qui trouvent qu'il manque des catégories « mièvre » et « ridicule ».

Princesse Tutu

  Suffisamment rose et glauque pour déclencher un orgasme chez certaines. Il faut dire que les auteurs ont mis le paquet. Un canard qui se prend pour une jeune danseuse, ou peut-être est-ce une danseuse qui se prend pour un canard. En tout cas, le retour aux sources est fréquent. Toujours est-il que le canard (ou la danseuse) peut se transformer en princesse Tutu, et aider le prince à retrouver ses sentiments. Comment ça, quel prince ? Évidemment qu'il y a un prince. Cependant elle tombe amoureuse de lui, mais ça l'auteur de l'histoire ne peut le tolérer. Elle doit finir malheureuse, c'est dans le personnage.

Univers : conte de fées.

  • Glauque : ***** Mignon : ****
    Bourrin : **** Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain : * Parano : ***

  Recommandé pour : COUAC !

Puchi puri Yuushi

puchi.jpg yuushi.jpg

Voici un summum de concentré extra-fort de mignon. Yuushi a été découverte sur un champ de bataille par un vétéran de l'armée. Celui-ci a décidé de l'adopter et a laissé tout tomber pour l'élever, la pourrissant et la gâtant autant qu'il est possible d'imaginer. Yuushi est atteinte d'une mystérieuse malédiction qui bloque sa croissance, elle a l'air d'avoir 12 ans alors qu'elle en a 17. On ne sait pas trop comment ni pourquoi, un démon est à son service, lui fournissant divers objets lui facilitant la vie si nécessaire. Le tout, sans que la gamine prenne trop la grosse tête. Même quand la reine lui apprend qu'elle fait partie des candidates pour devenir « princesse Platina » et qu'elle intègre l'académie des princesses. Elle y fait la connaissance de ses rivales, qui pour la plupart voudraient bien être méchantes mais n'ont pas compris le concept de méchanceté. Le tout forme un ensemble vraiment agréable à regarder et pas trop mielleux.

Univers : médiéval-fantastique.

  • Glauque : ** Mignon : *****
    Bourrin : * Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain :  Parano : **

  Recommandé pour : les élégââââââântes princesses aux pouvoirs fââââââaaantastiques.

Sasameki koto

sasameki.jpg koto.jpg

Il s’agit de loin de l’une des meilleures séries shôjo ai qu’il m’ait été donné de regarder, malgré que l’on reste sur sa faim devant l’absence de fin. Le pitch est assez classique : une fille grande et sportive est secrètement amoureuse de sa meilleure amie, n’ayant jamais lui oser avouer ses sentiments car celle-ci n’aime que les filles très mignonnes. Loin des classiques du genre, Sasameki Koto nous plonge au milieu de personnages attachants dans un milieu réaliste : tous ne sont pas du même bord sexuel, tous ne sont pas des filles, et ils sont pleins de toutes les interrogations et du mal-être qui caractérisent les adolescents. Le résultat est particulièrement mignon sans tomber dans la caricature, enlevé sans jamais être excessif.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : ceux qui aiment les histoires d’amour.

Le secret de Haruka Nogizaka

haruka1.jpg haruka2.jpg

Haruka Nogizaka est parfaite en tous points : riche, belle, douée en tout, adulée de la moitié de son école. Mais elle cache un terrible secret, qui pourrait bien la voir mise au ban de la société, méprisée, foulée aux pieds de toutes les croquantes et les croquants : c’est une otaku. Passons sur l’absence totale de crédibilité dans un monde où les geeks prennent une place de plus en plus importante ; ce n’est pas le propos. Voir cette fille parfaite se prêter au cosplay et à la collection de figurines, en véritable fan d’Aki-chan la maladroite et de Shana-chan, voilà le propos de cette comédie sentimentale totalement geek.

Univers : contemporain .

  • Glauque :  Mignon : ***
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : ** Parano : *

  Recommandé pour : les copines de geeks.

Shinigami no ballad

Une série de petites histoires pas vraiment liées les unes aux autres, qui mettent en scène des personnages après la mort d'un de leurs proches. C'est là qu'on comprend le sens du mot « professionnalisme ». Il y a les shinigami qui se contentent de venir prendre les âmes, et il y a ceux qui font le travail correctement, en venant réconforter les gens encore vivants. Meuuuuugnon tout plein.

Univers : contemporain.

  • Glauque : ** Mignon : *****
    Bourrin : * Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : ceux qui veulent repeindre les faux en rose.

À noter qu’il existe une série live, mais c’est comme souvent assez décevant ; difficile de rendre aussi bien l’esprit, surtout avec un petit budget.

Si tu tends l’oreille

mimi.jpg sumaseba.jpg

L’unique film de Yoshifumi Kondô, mort tragiquement pour son perfectionnisme, fait assez honneur au studio Ghibli qui l’a produit. Il s’agit d’une histoire d’amour adolescente, assez mignonne et bien mise en scène, sur fond de questionnement identitaire de l’héroïne, de son imagination débordante qui l’emmène voler dans des mondes merveilleux en compagnie d’un dandy félin, là où elle n’a pas à chercher sa place dans la société. C’est beau, c’est bien animé, c’est touchant, bref c’est Ghibli.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : **
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : *

Recommandé pour : les zyva qui draguent par SMS. Ou pas.

Skip beat!

skip.jpg beat.jpg

Pour des raisons que je tairai pour ne pas spoiler, mais qu’on qualifiera de vraiment originales, une jeune fille veut entrer dans le show-business. Prête à tout pour ça, elle se fait exploiter d’une manière assez particulière par des producteurs qui ont compris quelle forme particulière de potentiel elle représente. Un sujet somme toute classique, traité de manière légère et assez enlevée, en abordant beaucoup de registres. On pourra regretter la succession outrancière d’obstacles surgis de nulle part pour s’opposer à sa carrière, suivis à chaque fois d’un incroyable retournement de situation ; d’un autre côté, c’est ce qui fait aussi le charme de ce genre de séries.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : ***
    Bourrin :  Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : *** Parano : *

Recommandé pour : les candidates à la Star ac’.

Someday’s dreamers

maho1.jpg maho2.jpg

Dans un monde où les mages ont pignon sur rue, ceux-ci doivent subir un apprentissage leur permettant d’exercer leur métier. On suit donc la période d’apprentissage d’une jeune mage prodige chez un maître un peu glauque. Si on ne trouvera pas forcément l’univers crédible, force est d’admettre qu’il cherche à l’être. Le point intéressant, c’est que la série ne se cantonne pas à suivre le personnage, mais présente des éléments de réflexion sur la place de gens différents dans une société – une petite touche de J.C. Staff dans un animé qui reste au demeurant assez léger. Au final, pas de grosse surprise mais un moment bien relaxant pour les neurones.

Univers : contemporain alternatif, avec de la magie.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : *** Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : oublier de réfléchir sur la société parce que c’est mignon.

Someday’s dreamers: Summer skies

natsu.jpg sora.jpg

Sorte de spin-off de Someday's dreamers, cette nouvelle version raconte les tribulations d’une autre jeune mage dans le même univers, où les mages ont pignon sur rue et exercent leur métier comme les autres. Niveau histoire, je dois dire que c’est assez chiant, mais s’il faut une bonne raison de le regarder, il s’agit des décors. D’une qualité habituellement réservée aux films, voire mieux, ils sont tout simplement bluffants. Il m’a fallu zoomer sur plusieurs images pour voir qu’il ne s’agit pas de photographies : cela semble être des rendus de ray-tracing d’une incroyable finesse mêlés à des aquarelles. L’un des premiers animés à faire usage du Full HD, et il faut le dire, avec raison.

Univers : contemporain alternatif avec magie.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les amateurs d’art.

Stellvia of the universe

stellvia.jpg universe.jpg

  Dans un futur modérément lointain, l'espèce humaine est menacée d'extinction, suite à l'explosion d'une supernova dans un système voisin, la moitié de la planète a été détruite par les rayonnements. Reste 200 ans à attendre avant l'arrivée de la pluie de particules qui y mettra définitivement un terme. Courageusement, l'humanité lance un immense programme de recherche, et parvient au niveau technologique nécessaire pour s'en prémunir. L'histoire commence peu avant le moment fatidique, dans une académie où sont formés les pilotes des vaisseaux qui seront utilisés pour cette mission, et on y suit les pérégrinations d'une jeune étudiante nommée Shima. L'ensemble est bien ficelé, avec un l'arrière-plan laissant la place à des aventures mine de rien intéressantes, et un ensemble de personnages attachants dépeints avec un humour certain. La physique est globalement crédible, ce qui plaira aux amateurs de hard science, par contre on dénote un manque de cohérence par moments, et l'exploitation beaucoup trop partielle de concepts si intéressants. Et surtout, surtout, c'est pleurnichard. Incroyablement pleurnichard.

Univers : space opera.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre : ** Délirant : **
    Malsain :  Parano : 

  Recommandé pour : surfer sur un torrent de larmes.

Strawberry panic

  Voici un classique d’académie géante et BCBG pour jeunes filles de la haute, avec son conseil des étudiantes, ses bonnes sœurs, sa serre pleine de fleurs superbement entretenues, ses clubs distingués et ses intrigues dégoulinantes. Une particularité : il y a très exactement zéro personnage masculin, aucun à l’écran, aucun même n’est ne serait-ce que cité. Et au fur et à mesure, la couleur lesbienne est de plus en plus franchement affichée, tous les poncifs de relations des animés du genre étant transcrits avec ce filtre. Au demeurant, si l’on omet les épisodes de remplissage, j’ai trouvé ça plutôt bien fichu, même si on regrette que certaines intrigues ne soient pas plus fouillées.

Univers : académie pour jeunes filles.

  • Glauque : * Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : *
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain : *** Parano : 

Recommandé pour : les lesbiennes, les pervers et les amateurs de rose.

Sugar sugar rune

Sugar sugar rune (S²R pour les intimes), c'est l'histoire des deux jeunes Vanilla et Chocolat (à prononcer avec un délicieux accent), en compétition pour le titre de reine du monde magique. Elles doivent pour cela conquérir le cœur des hommes dans notre monde. Et Chocolat ne comprend pas pourquoi les garçons préfèrent la douce et fragile Vanilla... Un régal, mais attention à l'overdose de sucre.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : *****
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain : ** Parano : *

Recommandé pour :ceux qui rêvent encore de baguettes magiques et de mignons chapeaux.

Survivants

  Je crois qu'hormis Totoro (et encore), cette série atteint le summum du scénario gentil. Juste gentil. Comprenez quoi, cette bande d'adolescents élevés aux cultures aseptisées dans des colonies de l'espace, balancée sur une planète rude et sauvage, les pauvres... C'est dangereux, mais (ouf) heureusement, grâce aux efforts de chacun, tout le monde s'en sortira. Reposant pour les neurones.

Univers : vaguement post-apocalyptique.

  • Glauque :  Mignon : ***
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : ceux qui savent combien le monde est pourri.

Suzy’s Zoo: Daisuki! Witzy

suzy.jpg zoo.jpg

Des peluches jouent dans un jardin. C’est über mignon, joliment dessiné, et pas trop idiot. Ça pourrait changer les gamins de certains trucs abrutissants…

Univers : peluches dans un jardin.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les tout-petits.

Tamako market

tamako.jpg market.jpg

  Tamako travaille dans la boutique de mochi (pâtisserie traditionnelle) familiale, elle sert de mascotte pour le quartier commerçant, et elle ne voit pas que le fils de la boutique d’en face. Sa vie va basculer (bon en fait pas du tout mais bon) le jour où un oiseau parlant, en quête de la fiancée idéale pour son prince, tombe sur le marché et se met en tête de la séduire par procuration. Vous l’aurez compris, c’est de la vie quotidienne mignonne, et on passe un bon moment devant les personnages qui paraissent vivants grâce à l’animation caractéristique du studio Kyôto, même si l’intrigue ne brille pas par sa richesse.

Univers : contemporain avec des oiseaux qui parlent et des princes.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : ne pas s’ennuyer sans qu’il se passe rien.

Tamayura

tama.jpg yura.jpg

L’histoire toute simple et mignonne tout plein d’une fille qui recherche son père à travers sa passion pour la photographie. Pas de quoi rafler des oscars, mais c’est rondouillard et reposant, et on se prend à tout regarder sans voir passer le temps.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque :  Mignon : ***
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : l’heure du thé.

Toradora!

tora.jpg dora.jpg

Malgré ce que le titre (Tigre & dragon) laisse penser, il ne s’agit pas d’une version animée du film du même nom. Dommage, me direz-vous. En fait, il s’agit d’une histoire entre deux personnages caricaturaux à l’extrême, et c’est voulu : un fils de yakuza gentil mais dont tout le monde a peur (le dragon), et une bourrine hystérique complètement tsundere au fond (le tigre). Le seul point commun avec ledit film, au final, est la totale absence de crédibilité des actions, mais dans un registre franchement différent. Au final assez convenu mais distrayant.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : ***
    Bourrin : * Fumé : 
    Crade :  Pervers : *
    Sombre : * Délirant : ***
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : la vie de famille.

True tears

tears1.jpg tears2.jpg

Cette série sentimentale est très classique, mais également bien réalisée. On retrouve le classique personnage masculin pris entre plusieurs feux, avec une amie d’enfance, une super-nana vivant chez lui, et une fille bizarre qui le prend pour un poulet. Quelques rebondissements aux bons moments, de l’émotion où il faut, des décors fort jolis (sauf la mer, argh), et des questionnements profonds pour ados : voilà une série qui pourra plaire à tout le monde mais que personne ne risque de trouver transcendante.

Univers : contemporain réaliste.

  • Glauque :  Mignon : ***
    Bourrin :  Fumé : *
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : les adolescents un peu romantiques.

Le voyage de Chihiro

La dernière grosse réalisation en date de Hayao Miyazaki. C'est l'histoire, empreinte de mysticisme et de mythologie, d'une petite fille perdue dans un monde à l'écart du nôtre, peuplé d'humains mais aussi de monstres, de dieux, de créatures bizarres et d'anachronismes. Comme toujours chez le studio Ghibli, la réalisation est exemplaire et le résultat très riche. Cependant, je ne peux m'empêcher de déplorer un manque de profondeur des personnages, surtout le personnage principal. Au final c'est plaisant à regarder mais vraiment pas marquant.

Univers : fantastique.

  • Glauque : * Mignon : ***
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade : ** Pervers : 
    Sombre : ** Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

  Recommandé pour : les blobs.

Wata no kuni hoshi

cotton1.jpg cotton2.jpg

Voilà encore un summum de mignon ; c’est un vieil OAV des années 80 qui me paraît en tout cas proche du mythe fondateur des oreilles de chat. L’histoire est présentée du point de vue d’un chaton qui est néanmoins représenté comme une petite fille auxdites oreilles de chat. C’est graphiquement assez réussi (y compris le gros chat blanc représenté comme un beau jeune homme), et bien entendu ultimement mignon. En particulier les raisons imaginées par les auteurs pour lesquelles le chaton fait des bêtises sont délicieusement kitsch.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : *****
    Bourrin :  Fumé : *
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : *

Recommandé pour : les chats.

Wedding Peach

peach1.jpg peach2.jpg

Difficile de ne pas comparer les aventures de ces quatre jeunes filles bonnes à marier, qui se transforment en anges de l’amour pour combattre les méchants démons, à Sailor Moon ; d’un autre côté, ce serait comme comparer n’importe quelle histoire de méchas à Goldorak, donc passons. Si on arrive à s’abstraire de certains passages qui sont du plagiat pur et simple, c’est surtout un classique du genre, avec des transformations kitschissimes, des interrogations existentielles sur les démons, euh, les garçons, des gentils qui se foutent de la gueule du monde, et des relations familiales bien malsaines comme il faut.

Univers : contemporain.

  • Glauque : *** Mignon : ****
    Bourrin : *** Fumé : *
    Crade : * Pervers : *
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain : *** Parano : ***

Recommandé pour : les jeunes mariées.

Yumeiro pâtissière

yume.jpg iro.jpg

Ichigo veut manger la tarte aux fraises de sa mère-grand. Elle n’a pas le talent pour ça, mais la rencontre d’un chef excentrique et d’une fée de la pâtisserie vont bien entendu l’aider à réaliser son rêve. Bon évidemment, inutile de chercher les acrobaties ou rebondissements scénaristiques, on est là dans un animé pour enfants qui parle surtout de bouffe, donc ça donne faim, et puis ça fait envie.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin : * Fumé : *
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les chefs pâtissiers, pour apprendre à faire envie aux enfants.

Zero no tsukaima

zero.jpg tsukaima.jpg

C'est l'histoire de Louise de la Vallière, une élève pas très douée dans une académie de magie, dans un monde plein de clins d'œil à la France de la Renaissance. Le jour de la traditionnelle invocation du familier, voilà qu'elle invoque un humain venu d'un autre monde... le nôtre. Commence une relation fabuleuse, toujours à la limite du mépris, de l'amour et du SM. Les intrigues tournent autour des crédos habituels de JC staff, qu'il s'agisse de quiprocos, de vieilles histoires de famille ou de politique, et les relations entre les personnages ont beaucoup de potentiel malsain blein que teintées d'humour. Mes louanges s'arrêteront là, car malgré tout ce potentiel à creuser, la série est beaucoup trop courte. C'est torché en 13 épisodes, et tant pis pour ceux qu'on avait titillés. Grrrr.

Univers : médiéval-fantastique.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : *** Fumé : 
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : *** Parano : *

  Recommandé pour : la blonde (elle se reconnaîtra).

Rôôôôse (dernière édition le 2010-08-18 18:32:55 par localhost)

Edit and actions menu

  • Page immuable
  • Commentaires
  • Informations
  • Pièces jointes