Même quand l'action prime sur le reste, tout n'est pas perdu ! Rangez vos cerveaux, sortez vos épées, lances et boules de feu, c'est parti.

Légende des notations

À travers les temps - La légende des hachiyou

  Une histoire classique de jeune fille téléportée avec deux amis dans un monde de magie qu'elle est la seule à pouvoir sauver. C'est lent, très lent, et franchement pas original. Néanmoins, cet animé aux graphismes magnifiques nous plonge dans un Japon médiéval idéalisé, plein de musique traditionnelle et de vêtements traditionnels, imprégné de légendes. Plus qu'un agrégat de références culturelles pittoresques, c'est une véritable ambiance qui en ressort. Gare à l'endormissement néanmoins.

Univers : médiéval-fantastique.

  • Glauque : ** Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade : * Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : se documenter, à sa façon.

Basilisk

C'est l'histoire de deux clans qui se haïssent depuis des temps immémoriaux. Faisant fi de la haine, les héritiers de ces deux clans sont follement amoureux l'un de l'autre. Roméo et Juliette ? Oui, mais Roméo et Juliette... ninjas. On observe donc le combat et les moult trahisons des divers ninjas, aux pouvoirs ma foi d'un fort beau gabarit. L'intrigue est bien ficelée, les pouvoirs sont originaux, et les personnages sont les belles raclures qu'on peut attendre. Plaisant.

Univers : médiéval-fantastique.

  • Glauque : *** Mignon : 
    Bourrin : *** Fumé : 
    Crade : **** Pervers : 
    Sombre : *** Délirant : 
    Malsain : * Parano : ***

Recommandé pour : les fans de Shakespeare.

Black cat

black.jpg cat.jpg

Ah, les tueurs au grand cœur. Ils font se pâmer des millions de damoiselles avec leur look rebelle. Enfin, surtout les d'jeunz damoiselles, hein. Vous l'aurez compris, l'ambiance est très cool et pas crédible pour un sou, mais ouf ! le d'jeunisme s'arrête là. Car avant tout, on a affaire à une histoire assez glauque de vengeance entre des personnages allant de complètement bourrins à monstrueusement méga-bourrins, mais qui font néanmoins « nya » quand on les gratte derrière les oreilles. Ce que je préfère, c'est le décalage entre des scènes complètement mièvres dessinées en super déformé, s'enchaînant sans la moindre transition sur des séquences bourrinage.

Univers : heroic-fantasy moderne.

  • Glauque : ** Mignon : **
    Bourrin : ***** Fumé : 
    Crade : * Pervers : *
    Sombre : * Délirant : **
    Malsain : * Parano : 

    Recommandé pour : les buveurs de lait.

Black lagoon

black.jpg lagoon.jpg

  Ça c'est une série d'action comme je les aime. Un homme d'affaires sans histoire se retrouve embringué en mer de Chine dans une histoire de mafia et de pirates qui le dépasse complètement. On se retrouve dans une ambiance de blockbuster américain avec des bastos dans tous les sens, des bâtiments qui explosent, des trafiquants de drogue sans scrupules et des nazis sur le retour. L'action est omniprésente mais les personnages sont suffisamment hauts en couleur pour qu'un côté glauque s'insinue, d'abord raisonnable et de plus en plus marqué, s'insinue. Malgré tout et jusqu'au bout, la crédibilité limitée maintient un bon niveau de délire dans l'action malgré des passages très intenses en émotion.

Univers : contemporain.

  • Glauque : **** Mignon : 
    Bourrin : * Fumé : 
    Crade : **** Pervers : 
    Sombre : ***** Délirant : **
    Malsain : ** Parano : *

    Recommandé pour : les entrepreneurs en démolition.

roberta.jpg trail.jpg

Ne pas manquer non plus les OAV “Roberta’s blood trail”, toujours plus loin dans la violence.

Black★rock shooter (OAV)

black.jpg rock.jpg

(Attention, il s’agit bien de la première diffusion de 2010 et pas du minable remake de 2012.)

Particulièrement bizarre, cet OAV nous présente alternativement des scènes de la vie quotidienne d’une lycéenne, et de Black rock shooter, sorte de guerrière qui lui ressemble dans un monde fantasmagorique et assez abstrait. Au départ ça n’a strictement rien à voir, et le scénario laisse libre cours à l’imagination du spectateur, devant des graphismes assez originaux et de bonnes musiques. Et les explications finissent par fuser, naturellement. Tout simple et savoureux à la fois. Bref, c’est court et ça se regarde bien.

Univers : contemporain / abstrait.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : ** Fumé : ***
    Crade : * Pervers : *
    Sombre : * Délirant : 
    Malsain : * Parano : ***

  Recommandé pour : quiconque a envie de passer une heure sympa.

Bleach

bleach1.jpg bleach2.jpg

  Voilà une série à rallonge, et dans laquelle les personnages n'hésitent pas à se regarder un demi-épisode dans les yeux avant d'entamer leur combat. Il est question d'Ichigo, un garçon à l'esprit étonnamment puissant, qui, suite à un accident, prend la place et le travail d'une Shinigami, chargée d'apporter la paix aux âmes des défunts et de détruire les âmes se transformant en monstres. Le sujet est un grand classique, sous toutes ses coutures, et les combats se font principalement au sabre. Dans la plus pure tradition des Yu yu hakusho et autres Bastard, la cohérence du scénario doit s'agenouiller devant la progression des personnages et leur transformation en armes de destruction massive. Cela vaut le coup pourvu qu'on ait du temps devant soi, mais plus ça va plus on peut se lasser facilement.

Univers : lycée puis heroic-fantasy.

  • Glauque : * Mignon : 
    Bourrin : **** Fumé : 
    Crade : *** Pervers : 
    Sombre : * Délirant : *
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : ceux qui cherchent du fond visuel pendant leur repassage.

À noter l’existence d’une parodie nommée Les coulisses de Bleach. À voir d’urgence, que vous aimiez Bleach ou pas.

Cat shit one

cat.jpg shit.jpg

Cette transposition du célèbre manga éponyme se situe dans le contexte de la guerre contemporaine contre le terrorisme, et il faut bien le dire, de manière très réussie. On assiste à une lutte acharnée, très bien documentée tant sur le plan de la tactique que de la manipulation des armes, entre un commando de lapins et de méchants dromadaires moudjahidines. Les graphismes utilisent lourdement la 3D mais sont très soignés pour autant, et l’ambiance est largement au rendez-vous. Un gros goût de pas assez, au final de cet unique épisode.

Univers : contemporain mais avec des peluches.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : * Fumé : 
    Crade : * Pervers : 
    Sombre : ** Délirant : *
    Malsain :  Parano : *

  Recommandé pour : les joueurs de Counter strike.

Claymore

  Je n'aime pas trop les graphismes, encore que leur teinte terne accompagne bien l'ambiance, mais on voit surtout dans cet univers assez sordide l'évolution intéressante du personnage et de son faire-valoir à travers divers registres. Il y a un peu de combat contre les méchants démons qui se cachent parmi les humains pour mieux les dévorer, bien sûr. On dérive fort plaisamment sur toutes les considérations de glauquitude à tendance grosbillistique issues de la nature des êtres mi-démones, mi-humaines qui les chassent. Bref, c'est distrayant, on ne s'ennuie pas, et il y a quelques surprises malgré la prévisibilité imposée du scénario pour ce type de productions.

Univers : médiéval-fantastique.

  • Glauque : *** Mignon : 
    Bourrin : *** Fumé : 
    Crade : **** Pervers : 
    Sombre : ***** Délirant : 
    Malsain : ** Parano : *

Recommandé pour : faire quelques beaux rêves de viande hachée.

Coyote ragtime show

Totalement rocambolesque, plein d'humour, pas crédible pour deux sous, cet animé est un feu d'artifices d'action et d'humour qui part dans tous les sens. Cela tourne autour d'un bandit armé de son cigare qui court après un trésor au rythme de coups totalement foireux face à des ennemis pas moins improbables que lui. Hélas les relations entre les personnages ne sont pas des plus fouillées, alors qu'il y a de la matière pour des histoires bien sordides. Douze épisodes avec autant d'intrigues, c'est un peu court.

Univers : futuriste.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin : ** Fumé : 
    Crade : * Pervers : 
    Sombre : * Délirant : ***
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : donner une leçon à Houdini.

L’épée de l’étranger

sword.jpg stranger.jpg

Poursuivis par les envoyés de l’empereur de Chine, un garçonnet et son chien sont aidés par un samouraï errant particulièrement bourrin. Le scénario est classique mais efficace, avec des rebondissements au bon moment ; les graphismes sont soignés, la réalisation aussi. Rien de fondamental à reprocher et un bon moment en perspective, mais on regrettera que les personnages manquent d’empathie, on a du mal à s’y attacher ; leurs motivations profondes ne sont pas non plus très exploitées. Détail amusant : le rôle honorable est donné aux personnages chinois, là où les Nippons sont bien prompts à la trahison ; une image assez rare dans ce pays franchement nationaliste.

Univers : Japon médiéval.

  • Glauque : ** Mignon : *
    Bourrin : * Fumé : *
    Crade : *** Pervers : 
    Sombre : ** Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : ceux qui comptent sur leur fidèle lieutenant.

Erementar gerad

  Soyons honnêtes : s'il n'y avait pas les musiques de Yuki Kajiura, voilà probablement longtemps que j'aurais arrêté de suivre cette série. Cependant ce n'est pas non plus totalement naze, n'exagérons pas. L'histoire se passe dans un univers steampunk à la base, avec un détail rigolo en plus : il existe des filles, qu'on appelle Edil raid, qui peuvent fusionner avec un combattant pour leur servir d'épée. Autant dire que les épées en question ont une puissance carrément dévastatrice, surtout pour l'héroïne, qui se trouve être le Septième trésor étincelant, une Edil raid d'une puissance légendaire. L'histoire est assez orientée road-movie, avec des passages bien glauques comme il faut, même si la cohérence n'est pas la première préoccupation des scénaristes.

Univers : heroic-fantasy moderne.

  • Glauque : ** Mignon : *
    Bourrin : *** Fumé : *
    Crade : *** Pervers : 
    Sombre : * Délirant : 
    Malsain : * Parano : **

  Recommandé pour : les mélomanes.

Guin saga

guin.jpg saga.jpg

  Les perles jumelles de Paroh, héritiers du royaume qui vient de chuter, sont en fuite, poursuivis par les séides de l’impitoyable empire Mongaul. Ils vont être aidés par un être mystérieux, mi-homme, mi-bête, un guerrier d’un talent et d’une puissance qui peuvent faire trembler le monde. Bref, vous aurez compris : ça a la couleur du med-fan, l’odeur du med-fan, on dirait presque du med-fan. En fait, c’est comme du med-fan, mais en mieux. Avec un vrai scénario, des dessins fabuleusement esthétiques, de la musique, des combats épiques… on en reprendrait.

Univers : médiéval fantastique.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade : ** Pervers : 
    Sombre : * Délirant : 
    Malsain : * Parano : 

   Recommandé pour : les amateurs de med-fan, même si en fait c’est mieux.

Hellsing

  Les vampires sont partout. Et ils sont très méchants. Et il faut les chasser, pour la gloire de la Reine (l'histoire se passe en Angleterre). « In the name of God, impure souls of the living dead shall be banished into eternal damnation. Amen. » La guerre contre les morts-vivants est dirigée par l'inflexible Lord Integra van Hellsing. Cette descendante du célèbre chasseur de vampires a réuni une belle brochette de bourrins, et surtout, a l'appui inconditionnel du vampire Alucard, qui lui obéit en tout point, et dont la simple évocation du nom suffit à faire frémir tous ses congénères. On suit ses tribulations, ainsi que celles d'une jeune policière, qu'il a vampirisée « pour la sauver », et qui devient rapidement une spécialiste du canon calibre 50 mm, porté à bout de bras. Une référence.

Univers : contemporain.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : **** Fumé : 
    Crade : **** Pervers : 
    Sombre : **** Délirant : 
    Malsain : *** Parano : **

  Recommandé pour : tous ceux qui n'ont pas peur du sang.

Hellsing ultimate

hell.jpg sing.jpg

Cette nouvelle version de Hellsing, en quelques OAV, se veut beaucoup plus proche du manga que la série originale. On est dans un style graphique plus conventionnel que la production Gonzo ; plus efficace aussi, avec des musiques bien bourrines comme il faut et des scènes d’action qui partent dans tous les sens. Bien distrayant, même si je ne peux m’empêcher de trouver qu’il manque un petit quelque chose.

Univers : contemporain.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : **** Fumé : *
    Crade : **** Pervers : 
    Sombre : **** Délirant : 
    Malsain : ** Parano : *

  Recommandé pour : les vampires qui s’y croient.

Heroic Age

heroic.jpg age.jpg

  L’humanité, poursuivie par la méchante tribu de bronze (rien à voir avec les chevaliers du même nom) et la méchante tribu d'argent (idem), se cache dans des systèmes inconnus. Mais une princesse télépathe complètement bourrine recherche le sauveur de l'humanité, le dernier descendant des héros décrits par la prophécie de la tribu d’or (non je vous dis, rien à voir). Et effectivement, lui, niveau grosbillisme ultime, il calme — et là, ça commence effectivement à ressembler à Saint Seya ; je vous rassure, cela s’arrête à ces clins d’œil. Le bourrinisme va, comme il se doit, crescendo. Au début, on rase des montagnes en éternuant, et rapidement on sent que ce sont les planètes puis les systèmes solaires qui vont avoir chaud aux fesses. L’histoire un peu mièvre par moment, mais assez fournie et riche en rebondissements. Ce que j’apprécie le plus est la description d’une civilisation qui a affronté de vrais bourrins mais a néanmoins survécu. Et on comprend qu’ils n’ont pas attendu les prophécies pour trouver de vrais moyens d’être bourrins. Rafraîchissant.

Univers : space opera.

  • Glauque : * Mignon : 
    Bourrin : ***** Fumé : ***
    Crade : * Pervers : **
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

    Recommandé pour : le grand Moff Tarkin.

Highschool of the dead

high.jpg school.jpg

  Les premières secondes annoncent la couleur, et celle-ci ne change pas d’un iota : c’est celle du sang. Voici enfin venir une excellente série de zombies, sans doute la meilleure jamais sortie en animé et parmi les meilleures toutes catégories confondues. L’ensemble des codes du genre sont respectés à la lettre, le dessin est beau, la mise en scène efficace, les nichons bondissants, bref vous allez sérieusement bouffer du zombie.

Univers : contemporain avec des zombies.

  • Glauque : ** Mignon : *
    Bourrin : * Fumé : 
    Crade : **** Pervers : ****
    Sombre : **** Délirant : *
    Malsain : ** Parano : ***

   Recommandé pour : le samedi soir avec des potes et un pack de bières.

Inuyasha

Je ne me prononcerai pas trop sur cette série, n'ayant vu qu'une saison sur les sept. Il se trouve que je préfère largement les mangas, même si les anime sont acceptables. C'est du Rumiko Takahashi très classique, avec son savant mélange de bourrinisme et de délire.

Univers : heroic-fantasy.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : **** Fumé : 
    Crade : ** Pervers : 
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : nos amis les chiens.

Kazemakase Tsukikage Ran

Première protagoniste : Ran Tsukikage, une femme samouraï qui aime la sieste, le saké, le tofu et parler à son estomac. Avec sa technique au sabre, elle pourrait être au service des plus riches, mais rien pour elle ne remplace le voyage ou une bonne sieste à l'ombre d'un arbre. Seconde protagoniste : Miao, une tête de linotte sans le moindre bout de cervelle, incapable de lire comme de réfléchir, adepte de la technique d'arts martiaux du neko-tekken, qui ressemble pas mal à celle de l'homme ivre de Jackie Chan. Les autres : des méchants aussi stupides que décalés. L'action peut commencer. N'oubliez pas le générique en enka, et le travail extraordinaire des fansubbers pour faire un karaoké sur le générique de fin.

Univers : médiéval.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin : * Fumé : 
    Crade :  Pervers : *
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain : * Parano : 

  Recommandé pour : de bons fous rires.

La légende des héros de légende

legend.jpg heroes.jpg

Contrairement à ce que le titre laisse entendre, il ne s’agit pas du tout d’une parodie, mais d’un très bon animé médiéval-fantastique, avec des rois, des guerres, des bourrins, des tordus, et surtout beaucoup de victimes. Le dessin est léché, l’intrigue aussi, et les personnages ne manquent pas de profondeur ; un seul regret (pour l’instant !), ce n’est pas encore terminé.

Univers : médiéval-fantastique.

  • Glauque : ** Mignon : *
    Bourrin : *** Fumé : 
    Crade : ** Pervers : 
    Sombre : *** Délirant : 
    Malsain : * Parano : *

  Recommandé pour : sans hésitation aucune, les amateurs du genre.

Miyamoto Musashi: sôken ni haseru yume

miyamoto.jpg musashi.jpg

Censément pour corriger un certain nombre de mythes et inexactitudes qui courent sur le personnage, c’est le fameux Mamoru Oshii qui s’attelle à documenter la vérité historique de celui qu’on appelle le dernier samouraï : Miyamoto Musashi. La vérité historique n’est pas moins étonnante que la fiction, surtout quand elle est racontée avec un tel brio, sous forme d’un animé qui se prête particulièrement bien au genre du documentaire. On découvre donc un personnage totalement étonnant, fasciné par les techniques de combat et de stratégie, capable de coups de maître totalement improbables, bref : beaucoup plus plaisant que beaucoup de personnages de fiction. Et quand c’est raconté avec humour, ça ne gâche rien.

Univers : historique réaliste.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : * Fumé : *
    Crade : *** Pervers : 
    Sombre : * Délirant : **
    Malsain : ** Parano : *

Recommandé pour : se documenter de la meilleure manière qui soit.

Munto OAV

Un OAV sans trop de prétention, au graphisme original, ni réussi ni foncièrement raté, qui présente une histoire assez classique de petite fille contactée par le roi de l'univers d'à côté pour ses « immenssses pouvoaâââârs ». Le scénario assez policé conduit à un ensemble assez correct, qui certes ne prêtera pas à une intense réflexion.

Univers : contemporain fantastique.

  • Glauque :  Mignon : *
    Bourrin : *** Fumé : ***
    Crade :  Pervers : 
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : le repassage.

Prism ark

Ce scénario heroic-fantasy très classique semble de prime abord tout droit sorti d’un jeu Square, mais il n’en est rien ; on suit plutôt une histoire qui pourrait se situer avant que le jeu commence, et il est agréable pour une fois d’arriver à suivre des personnages qui, s’ils suivent des archétypes du genre, n’en sont pas pour autant caricaturaux ou mièvres mais nouent au contraire de vraies relations intéressantes. Le tout avec de petites touches perverses et des clins d’œil geeks loin d’être déplaisants.

Univers : médiéval fantastique très magique.

  • Glauque : * Mignon : ***
    Bourrin : *** Fumé : *
    Crade : * Pervers : ****
    Sombre : * Délirant : **
    Malsain :  Parano : *

Recommandé pour : les amateurs de la princesse Zelda et ses congénères.

Samouraï champloo

Cette série aurait pu s'intituler « rap et katanas ». Plus précisément, c'est une sorte de road-movie désabusé et anachronique, impliquant un samouraï serti d'honneur qui erre pour avoir tué son maître, un ronin avec une coupe afro qui se bat avec des sandales renforcées en métal, et une serveuse aimant manier le dé et les explosifs, qui passe son temps à se faire enlever. Assez rapidement tout ce petit monde ne sait plus trop ce qu'il fait ensemble, mais partage sa continuelle recherche de nourriture, au milieu de joueurs de base-ball, de rappeurs, de truands, de tagueurs, de diverses personnes à leur poursuite, et d'un nombre effrayant de références totalement alternatives.

Univers : médiéval.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : 
    Sombre : *** Délirant : **
    Malsain :  Parano : 

  Recommandé pour : les yakuzas qui ont su rester au bon vieux katana.

Sky girls OAV

Un OAV racontant une histoire de filles qui montent sur des méchas, c'est un peu casse-gueule. Par exemple, ça peut rapidement donner ça. Mais une fois de plus, quand c'est JC Staff qui prend le problème, on le voit tout de suite sous un autre aspect. Par exemple, la difficulté à se procurer de la crème solaire dans un monde post-apocalyptique. Ou encore, les raisons politiques se cachant derrière un combat stupide qui pourrait facilement être évité. Bref, on oublie cette histoire de méchas qui combattent des insectes, et on se focalise sur l'essentiel.

Univers : post-apocalyptique.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin : *** Fumé : *
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre : ** Délirant : *
    Malsain : * Parano : *

Recommandé pour : les concepteurs de jeux vidéo de méchas, qu'ils en sortent un bien pour une fois.

Slayers

  Est-il besoin de présenter Slayers ? Il est des séries qui servent de référence, celle-ci l'étant dans le domaine du bourrinisme ultime, l'univers échappant de peu à la destruction à chaque fois que Lina éternue. Si vous n'avez pas encore acheté les DVD, vous pouvez partir, je ne vous parle plus.

Univers : heroic-fantasy.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin : ***** Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre : ** Délirant : ****
    Malsain :  Parano : 

  Recommandé pour : nom d'une pipe, je vous ai dit d'aller les acheter, ces DVD.

Soul link

  Voici un thriller efficace dans l'ambiance oppressante d'une station spatiale. L'intrigue est très lente à se mettre en place, mais on sent venir, lentement, petit à petit, la catastrophe. Quand l'action commence, c'est assez classique mais réussi. Le scénario semble partir en couille à plusieurs moments, mais de manière surprenante reste totalement cohérent jusqu'au bout. Un bon moment, avec un énorme bémol toutefois : les doublages, d'une qualité effroyable. Ceux qui regardent les animés en VF ne devraient néanmoins pas être trop choqués, c'est à peu près du même acabit.

Univers : futuriste.

  • Glauque : ** Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade : *** Pervers : ***
    Sombre : ** Délirant : 
    Malsain : ** Parano : **

Recommandé pour : les sourds, qui eux n'entendront pas les doublages.

The Third

  Honoka se balade dans le désert avec son char piloté par sa seule amie, une IA. Elle fait la connaissance d'un extraterrestre poursuivi par des fourmis géantes mais voilà, les Thirds (des gens avec un troisième œil sur le front, comme c'est original, qui dirigent le monde) vont s'en mêler et lui mettre des bâtons dans les roues. L'histoire est plaisante mais lente, et par moments surgissent des incohérences grosses comme une étoile noire ; quant à la voix off (« C'est alors qu'un sentiment étrange étreignit le cœur de Honoka. »), elle est carrément insupportable. On regrette également le syndrome de la tortue : rien ne sert de mettre plus d'un épisode pour le final, il faudrait que l'intrigue parte à point.

Univers : post-apocalyptique.

  • Glauque : * Mignon : 
    Bourrin : *** Fumé : **
    Crade :  Pervers : 
    Sombre : ** Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : les voix off ; elles aussi ont le droit à un animé pour elles.

Toaru kagaku no Railgun

kagaku.jpg railgun.jpg

  Ce spinoff de Index se focalise sur l’histoire de Biri-biri, alias Railgun, l’une des espers les plus puissantes d’Academy city. On y voit bien sûr de nombreuses aventures démesurément bourrines, et un humour décapant, tout en en apprenant plus sur l’univers, sur les pouvoirs, et sur la formation académique des espers. Le scénario est moins dense mais tout cela reste absolument hilarant, surtout grâce aux personnages secondaires.

Univers : un peu futuriste avec des espers.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : **** Fumé : *
    Crade : * Pervers : ***
    Sombre : * Délirant : ****
    Malsain : * Parano : **

   Recommandé pour : les braqueurs de banques, pour leur couper l’envie de recommencer.

Toaru majutsu no Index

majutsu.jpg index.jpg

  Rapidement, on annonce la couleur : entre une ville pleine d’espers capables de littéralement contrôler les champs électriques ou des concepts aussi abstraits que les vecteurs, un personnage principal qui arrête toute magie avec sa main, une magicienne qui connaît par cœur 103000 livres de magie, des alchimistes, mages, et bien d’autres, on est complètement dans la surenchère grosbillistique. Le résultat est très efficace : à la Slayers (du même studio), une débauche de bourrinisme qui sait surprendre à chaque fois, une dose d’humour nécessaire, et un univers totalement adapté à cette débauche. On retient comme éléments majeurs de réussite : les réflexions intelligentes des personnages sur les pouvoirs et les façons de les utiliser, le scénario très bien ficelé et bourré de rebondissements aux moments où on les attend le moins, et les personnages très hauts en couleur, quitte à être caricaturaux.

Univers : un peu futuriste avec des espers.

  • Glauque : ** Mignon : **
    Bourrin : **** Fumé : **
    Crade : * Pervers : **
    Sombre : ** Délirant : ****
    Malsain : *** Parano : ***

   Recommandé pour : tout le monde. Non que ce soit le meilleur animé de la terre, mais il y a peu de gens à qui ça ne plaira pas.

Tokkô

Suite au massacre de plusieurs centaines de personnes dont ses parents, un homme trouve sa vocation et entre dans la police. On comprend assez vite qu'il y a de drôles de créatures qui rôdent, et qu'il existe une unité de police spécialisée dans la lutte contre ces créatures. Le scénario ne vole pas bien haut, et surtout, on est déçu par la très piètre qualité des graphismes et de l'animation. Avec un peu plus de moyens, on aurait pu avoir quelque chose de vraiment bonne qualité. Quoi qu'il en soit, ça fritte bien de partout et les monstres sont bien méchants. Ce qu'on demande avant tout à ce genre de séries.

Univers : fantastique.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : ** Fumé : *
    Crade : **** Pervers : *
    Sombre : **** Délirant : 
    Malsain :  Parano : ***

Recommandé pour : les démons en devenir.

Tokyo underground

  Tokyo, c'est grand. Mais ce qu'on ignore, c'est que sous la ville, se cache une cité tout aussi grande, l'Underground. Dans ces souterrains sordides, on a enfermé le résultat d'expériences génétiques, des personnes aux pouvoirs élémentaux surprenants. Ne nous attardons pas sur le scénario, qui est tout ce qu'il y a de plus convenu, avec un groupe de héros en quête pour libérer leur amie. L'intérêt de Tokyo underground réside dans les pouvoirs : les personnages ont tous des idées originales et improbables dans la manière de les utiliser. On comprend rapidement que les plus forts ne sont pas ceux qui ont les pouvoirs les plus puissants, mais les pouvoirs les plus rares, les moins connus et surtout les idées les plus subtiles. Au final, cette série ne pète pas plus haut que son cul, et se laisse bien regarder pourvu qu'on apprécie le genre.

Univers : fantastique.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin : *** Fumé : 
    Crade :  Pervers : 
    Sombre : * Délirant : 
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : s'aérer le cerveau.

Vividred operation

vivid.jpg red.jpg

L’humanité se repose sur une source d’énergie unique : l’énergie bleue. Une centrale unique alimente le monde entier (je ne vois pas ce qui peut foirer dans ce plan). Mais quand une attaque d’origine inconnue et sans doute extraterrestre se profile, la seule solution pour sauver la centrale (et donc l’humanité), c’est l’arme secrète du professeur Isshiki (lui-même transformé en peluche suite à une fausse manip), qu’il confie à sa petite-fille puis ses amies. Un classique du genre, plutôt réussi grâce à une réalisation rythmée et des graphismes excellents. Un gros regret : l’hypersexualisation des personnages et des costumes va très loin pour un animé de magical girls, particulièrement aussi jeunes. C’en est carrément dérangeant.

Univers : futuriste pas très crédible.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : *** Fumé : *
    Crade :  Pervers : ****
    Sombre :  Délirant : 
    Malsain : ** Parano : 

Recommandé pour : Pedobear.

Witchblade

witch1.jpg witch2.jpg

Les tribulations d'une mère qui veut élever sa fille dans un monde post-apocalyptique hautement fascisant. Sauf que la mère a semble-t-il troqué ses souvenirs contre des pouvoirs lors de la catastrophe, et que la fille s'avère plutôt surdouée. Au niveau desdits pouvoirs, inutile de préciser que finesse et sa copine subtilité sont de la partie. À grands coups de combats qui transforment les protagonistes en psychotiques, on se doute bien que ce qui reste de Tokyo ne va pas résister longtemps. Visuellement, c’est franchement moyen, mais c’est au final assez intéressant.

Univers : post-apocalyptique.

  • Glauque : ** Mignon : **
    Bourrin : **** Fumé : **
    Crade : *** Pervers : ***
    Sombre : **** Délirant : 
    Malsain : ** Parano : **

Recommandé pour : les amateurs de brunes à forte poitrine.

Gros bill (dernière édition le 2010-08-18 18:32:49 par localhost)

Edit and actions menu

  • Page immuable
  • Commentaires
  • Informations
  • Pièces jointes