Aaaaah, le doux bruit des seins qui rebondissent...

Légende des notations

Candy☆boy

candy.jpg boy.jpg

  Candy boy, c’est une façon innocente de traiter un sujet pervers. Homosexualité et inceste entre deux jumelles, voilà un sujet par définition pour vieux pervers baveux. Mais en fait c’est surtout totalement et ultimement mignon, sans jamais sombrer dans la moindre vulgarité. Assez courts, organisés façon tranche de vie, ces OAV pourront faire le bonheur de tous.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : ****
    Bourrin :  Fumé : 
    Crade :  Pervers : **
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain : *** Parano : 

Recommandé pour : les pervers qui ne s’assument pas, évidemment.

Geobreeders

Non, il ne s'agit pas de spécialistes de nourriture pour Georges. Il s'agit plutôt de spécialistes de la chasse aux mauvais esprits de l'électronique, qui se transforment en chats ou encore en jeunes filles nues (et avec des oreilles de chats). Heureusement, les talismans USB sont là pour leur régler leur compte. Cela n'empêche pas cette bande de psychopathes d'asperger tout le monde de bastos dans tous les coins et recoins, et nous de se demander ce qu'ils font là. Ne cherchez pas une quelconque cohérence dans ces OAV, c'est juste du grand n'importe quoi délirant.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : ***
    Crade :  Pervers : ****
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : euh, miaou ?

Girls bravo

  Une histoire effroyablement originale... Notre héros, prenant un bain suite à je ne sais quelle déception amoureuse, se retrouve dans une véritable piscine, qui s'avère être une baignoire pour l'héroïne, qui vit dans un monde où il n'y a que des femmes. Les hommes sont des denrées rares et on se les arrache. Au sens propre. Bien entendu, il ramène l'oiseau chez lui, et bien entendu, elle est assez envahissante. C'est franchement ecchi, mais la version censurée n'est pas trop lourdingue, et son côté délirant la rend tout-à-fait agréable à regarder.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : ***
    Crade :  Pervers : *****
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : ceux à qui une fille en petite tenue qui dévore des kilos de nourriture ne fait pas peur. Ils se reconnaîtront.

Hatsukoi limited

hatsukoi.jpg limited.jpg

J’ai essayé de dessiner un graphe des relations entre les personnages ; ce projet a du être abandonné au bout de 3 épisodes car il ne tenait plus sur une feuille. Le sujet est pourtant simple : raconter au jour le jour la vie amoureuse d’une classe de lycéennes. Le premier épisode commence comme La belle et la bête, continue avec des petites culottes, et se finit sur une touche de Ranma. Après, ça empire. Une mention spéciale pour l’épisode bonus (Limited girl).

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : ***
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : ***
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : 

Recommandé pour : les pervers de la théorie des graphes.

He is my master

À force de faire intervenir des servantes en costume dans toutes leurs productions, le studio Gainax a décidé de s'assumer et de lancer une vraie série basée sur les servantes elles-mêmes. Deux jeunes filles de 14 ans, ayant fui de chez leurs parents car ils refusent d'héberger plus longtemps leur alligator, trouvent un emploi de servantes chez un riche et pervers héritier. Qui a déjà tout prévu au niveau des costumes. Voilà voilà. Le scénario ne vole pas bien haut, mais en même temps ce n'est pas ce qu'on lui demande. Qui plus est, la fin vaut vraiment le coup.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : ****
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade :  Pervers : *****
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : **** Parano : **

Recommandé pour : les hommes de sexe masculin.

Ichigo 100%

Le héros de cette série-harem, et surtout le réalisateur, ne sont pas fétichistes. Du tout. Ils ne fantasment pas sur les petites culottes avec des fraises. D'ailleurs, tous ces plans petite culotte dans lesquels on distingue systématiquement quelques fraises, je ne les ai pas vus. D'abord. Et je me refuserai à tout commentaire concernant les petites culottes qui prennent le contrôle de leur propriétaire.

Univers : lycée.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin :  Fumé : *
    Crade :  Pervers : *****
    Sombre :  Délirant : *
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : les fétichistes. Heureusement nous savons tous que cela n'existe pas, hmmm ?

Karin

C'est censé être l'histoire d'une vampire hémophile, ou plus précisément d'une vampire qui produit du sang quand elle mord, plutôt que le contraire. C'est surtout le support d'une histoire de quadrilatère amoureux plein de quiprocos dus aux problèmes de vampirisme et d'histoires roses totalement improbables. Bref, un traité sur la stupidité des adolescents, y compris quand les adolescents en question ont 200 ans.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : ***
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade : ** Pervers : ****
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain :  Parano : 

Recommandé pour : ceux qui saignent du nez.

Kekko kamen

À l'institut spartiate, un établissement scolaire aux fortes tendances nazifiantes dirigé par l'ongle du pied droit de Satan (mais il se cache derrière un masque), les élèves ont la vie dure. Heureusement, pour s'opposer à la terrifiante professeure Gestapoko et ses accessoires SM, la justicière Kekko Kamen, celle qui montre tout son corps mais cache son visage, veille au grain. Vous l'aurez compris, tout ici n'est que prétexte à désaper les belles étudiantes à coups de fouet. Sado-maso bienvenus, humour au rendez-vous.

Univers : lycée.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade : * Pervers : *****
    Sombre : * Délirant : ***
    Malsain : *** Parano : *

Recommandé pour : les complexes d'Œdipe mal assumés.

Si comme moi vous avez la « chance » de mettre la main sur le film, gardez-le pour le montrer à vos pires ennemis, ils sauront apprécier l'attention. On a rarement vu pareil navet, où l'on tente de rendre politiquement correct ce vaste délire plein de nichons en omettant tout le côté SM.

Koihime musoh

koihime1.jpg koihime2.jpg

  Fan service, bourrinisme et humour, c’est une recette souvent ratée mais que le studio Dogakobo réussit magistralement. Il s’agit d’une reprise du Roman des trois royaumes, mais en remplaçant tous les héros par des personnages féminins. On suit donc les aventures de combattantes à la lance complètement bourrines dans un monde hostile et stupide. L’humour vaseux, la gestion des réputations, la psychologie des personnages et leurs motivations (argent, bouffe, gloire) font irrémédiablement penser à Slayers, avec plus de nichons et moins de boules de feu. Un énorme regret toutefois : il n’y en a pas assez !

Univers : Chine médiévale.

  • Glauque : * Mignon : **
    Bourrin : * Fumé : **
    Crade : * Pervers : ****
    Sombre : * Délirant : ****
    Malsain : ** Parano : 

  Recommandé pour : les perverses et les pervers.

Love hina

hina1.jpg hina2.jpg

Est-il besoin de présenter ce grand classique ? Même si elle n'arrive pas à la cheville du manga dont elle est tirée, qui a amené Ken Akamatsu au devant de la scène, la série reste un concentré explosif et hilarant. Que ce soit Keitaro, le looser menteur pervers, Naru la brute, Sû la fille de la jungle, Shinobu la jeune fille effarouchée, ou Motoko la kendoka, les personnages sont attachants et forment un ensemble comique parfaitement huilé. Le tout est déjà devenu une référence du genre, et on en revient toujours là pour la comparaison.

Univers : contemporain.

  • Glauque :  Mignon : **
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : ****
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain :  Parano : 

  Recommandé pour : donner encore plus envie de lire du Ken Akamatsu, ou toute autre forme de lavage de cerveau rose et neuronicide.

Maburaho

Dans ce monde de magie, la puissance potentielle d'un mage se juge à une seule chose : le nombre de sorts qu'il pourra lancer dans sa vie. Fixé à sa naissance, ce nombre ne peut qu'aller en diminuant. Que dire alors de notre pauvre héros qui n'aura droit qu'à quelques sorts ? Il aura intérêt à bien les choisir, hmmm ? Jusqu'au jour où les héritières de toutes les plus grandes familles de magiciens se mettent à lui courir après. Pour ces sorts ? Non, pour ses gènes : on a en effet « appris » qu'il est aussi le descendant de moult grands magiciens, et que ses gènes sont porteurs de promesses incroyables pour ses descendants. Un classique de harem, assez délirant et très rose.

Univers : lycée.

  • Glauque : ** Mignon : ***
    Bourrin : *** Fumé : *
    Crade :  Pervers : ****
    Sombre :  Délirant : **
    Malsain : * Parano : 

Recommandé pour : les fans de filles, euh, on va dire plantureuses.

Mahoromatic

Mahoro, un puissant androïde de guerre, n'en a plus pour longtemps à vivre, sa réserve d'énergie s'épuisant. Ses supérieurs lui offrent donc une sorte de retraite, elle peut passer sa dernière année à faire ce qu'elle veut. Et ce qu'elle veut, c'est s'occuper de quelqu'un pour être sa bonne. Il y a un vrai potentiel glauque, et surtout c'est très orienté vers la perversion. Le personnage principal masculin est excellent : loin de l'archétype du type timide, stupide et lubrique, c'est quelqu'un de très intelligent qui comprend rapidement les problèmes et à qui on ne cache pas grand-chose. Et surtout, n'oubliez pas : être pervers, c'est mal.

Univers : contemporain.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : ****
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain : * Parano : **

Recommandé pour : les pervers malins.

(Cette critique ne prend en compte que la première saison, pas la pitoyable tentative de suite qui s'engonce dans des niaiseries répétitives et pleines de clichés.)

Mahou sensei Negima!

sensei.jpg negima.jpg

La dernière folie sortie du cerveau en compote de Ken Akamatsu. Vous prenez de la magie, des petites culottes, un héros d'une dizaine d'années amoureux d'une héroïne de 15, une hermine perverse voleuse de sous-vêtements, des clochettes dans les cheveux, vous agitez très fort, et vous mettez le tout dans un lycée de jeunes filles. Toutes tordues, comme il se doit. Je cite MKK après son visionnage du premier épisode : « Mes neurones viennent de demander l'asile politique dans une dimension parallèle ! ». Un gros défaut, toutefois : les intrigues principales ne sont dévoilées que vers la fin, du coup elles se déroulent très rapidement.

Univers : lycée.

  • Glauque : ** Mignon : ****
    Bourrin : ** Fumé : 
    Crade :  Pervers : *****
    Sombre :  Délirant : ***
    Malsain : **** Parano : 

  Recommandé pour : les hermines.

Ranma 1/2

Le titre suffit. Inutile d'en rajouter. D'une qualité certes déplorable par rapport à l'excellent manga, l'animé n'a pas tant vieilli que ça et fait toujours autant rire.

Univers : contemporain.

  • Glauque : * Mignon : *
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : ****
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain : *** Parano : 

  Recommandé pour : les pandas.

Re: Cutie Honey

honey.jpg flash.jpg

  Voici une suite de 3 OAV à cette série un peu cochonne des années 80. Autant vous prévenir tout de suite : leur visionnage fait l'effet d'une tornade. L'action s'enchaîne à un rythme hallucinant, avec de l'ordre d'un rebondissement par minute. Le délire est omniprésent, et l'un des personnages principaux est le foutage de gueule personnifié. Le côté glauque n'est pas en reste, mais c'est surtout pour l'enchaînement improbable de manipulations, de bourrinisme et de foutage de gueule qu'il faut le voir.

Univers : super héros.

  • Glauque : ** Mignon : 
    Bourrin : ***** Fumé : **
    Crade :  Pervers : *****
    Sombre :  Délirant : *****
    Malsain : ** Parano : ****

  Recommandé pour : Georges.

Note : il existe aussi un film qui raconte plus ou moins la même histoire. Avec des acteurs. Et surtout, une actrice. À moitié nue tout le long du film, comme il se doit. Fidèlement à l'esprit de la série originale, c'est bien cochon. Et surtout, c'est n'importe quoi ; le film ne se prend pas au sérieux une seule seconde, et c'est bien pour ça qu'on peut l'apprécier jusqu'à la fin.

Sunabôzu

Dans un Japon post-apocapolyptique, le grand désert du Kantou est une région sans foi ni loi, à part celle des chasseurs de primes. Le plus formidable de ces truands, c'est Sunabôzu, le démon du désert. Sa fourberie et son adresse n'ont d'égal que son degré de perversion. Qu'il y ait quelques milliers de yen à la clé, et vous ferez l'expérience de son lance-roquettes à tête chercheuse nucléaire à répétition. De sniper. Qu'une fille aux gros seins pointe le bout du téton, et son respirateur s'emplit de bave.

Univers : post-apocalyptique.

  • Glauque :  Mignon : 
    Bourrin : *** Fumé : **
    Crade :  Pervers : ****
    Sombre : ** Délirant : ***
    Malsain : ** Parano : 

Recommandé pour : les éternels adolescents.

UFO princess Walkyrie

  La princesse du Valhalla, effrayée à l'idée de se marier avec un inconnu, s'enfuit de chez elle avec son vaisseau spatial. Elle vient trouver refuge sur Terre, mais comme elle pilote très mal, elle s'écrase sur un établissement de bains (qu'on trouve toujours au Japon dans ce futur lointain). Le propriétaire des bains meurt sur le coup. Elle décide donc de le ressusciter, mais cette puissante opération magique a un fâcheux effet sur son organisme : elle prend l'apparence, physiquement et mentalement, d'une gamine de 8 ans. Sauf bien sûr quand elle lui fait un bisou, après quoi elle retrouve provisoirement sa taille adulte. À ce petit monde viennent s'ajouter sa sœur, scellée dans un corps d'enfant pour avoir détruit le temple voisin (elle aussi pilote mal), d'autres sœurs plus ou moins psychotiques, d'efffroyables complots, la clique des servantes aux oreilles de chat et aux armes dévastatrices, j'en passe et des meilleures.

Il y a deux autres saisons et un OAV, mais la qualité se dégrade. La première saison suffit à bien se faire mal.

Univers : futuriste.

  • Glauque :  Mignon : ***
    Bourrin : ** Fumé : **
    Crade :  Pervers : ****
    Sombre :  Délirant : ****
    Malsain : **** Parano : 

  Recommandé pour : les féticho-pédophiles amateurs de gros nichons. Et les autres aussi, en fait, pour peu que ce mélange ne les rebute pas trop.

Boing boing (dernière édition le 2010-08-18 18:32:45 par localhost)

Edit and actions menu

  • Page immuable
  • Commentaires
  • Informations
  • Pièces jointes